En 1985, les deux comédiens se sont rencontrés devant la caméra de Claude Chabrol, à l'occasion d'un mémorable Poulet au Vinaigre.

Michel Bouquet et Claude Chabrol en 1984
Michel Bouquet et Claude Chabrol en 1984 © Getty / Micheline PELLETIER/Gamma-Rapho

Ils se sont rencontrés devant la caméra de Claude Chabrol en 1985, à l'occasion d'un fameux Poulet au vinaigre. Michel Bouquet , applaudi au théâtre comme au cinéma, et Lucas Belvaux , devenu réalisateur à son tour, évoquent ce samedi leur collaboration avec le cinéaste.

La Femme infidèle - Michel Bouquet et Stéphane Audran
La Femme infidèle - Michel Bouquet et Stéphane Audran © Sipa

Michel Bouquet traverse quasiment trente ans de cinéma chabrolien, naviguant d'un style à l'autre, avec des chefs-d'oeuvre  : La Femme Infidèle (1969), Juste avant la Nuit (1971) - mais aussi La Rupture (1970)_ et L’Œil de Vichy_ (1993).

Comédien prolifique, lié à de grands noms du théâtre - Jean Vilar, Claude Régy, Roger Planchon, il compte également une filmographie considérable, dont, dernièrement, Comment j'ai tué mon père (2001), Le Promeneur du Champ-de-Mars (2004) - films qui lui valent deux Césars - et Renoir (2012).

Poulet au vinaigre - Lucas Belvaux et Jean Poiret
Poulet au vinaigre - Lucas Belvaux et Jean Poiret © Sipa

Lucas Belvaux, le jeune facteur de Poulet au Vinaigre , est promu par Claude Chabrol, amant d'Emma dans Madame Bovary (1991).

Derrière la caméra, il signe des films entre drame et comédie : Parfois trop d'amour (1991), Pour Rire (1996), le triptyque : Un couple Épatant, Cavale et Après la vie (2003), puis La Raison du plus Faible (2006), Rapt (2009), 38 Témoins (2012), Pas son genre (2014).

Extraits de l'émission :

Claude Chabrol est-il un grand cinéaste social ?

Lucas Belvaux : Probablement. C'est en tout cas le peintre d'un milieu, qui était le sien, qu'il aimait. C'est un cinéaste social, probablement pas un cinéaste marxiste, comme il l'a dit à un moment par provocation. Ce qui le caractérise c'est qu'il aime les gens, quels que soit les gens qu'il filme et leurs turpitudes, leurs horreurs. Il y a toujours chez Chabrol quelque chose qui va sauver le personnage.

Michel Bouquet :" Il était tenté d'aller vers le négatif total. Et moi aussi, d'une certaine manière, parce que j'ai joué beaucoup de personnages monstrueux dans ma vie. L'acteur n'est pas quelque chose en soi, il est quelque chose de possible, mais pas en soi-même. L'acteur est une espèce de victime de lui. "

"Ce qui est formidable c'est que Claude était d'une sincérité totale est complète avec moi. Il a tout montré, l'intérêt de l'inexistence, de ce que je suis. Il a réussi cela merveilleusement et c'est exactement la carrière que j'ai faite. Et j'ai fait une carrière qui se détruit elle-même. C'est peut être mon seul mérite."

A vos agendas !

Michel Bouquet sera sur les planches à l'automne, pour le spectacle À_ tort et à raison_ . Les détails du spectacle en cliquant ici !

Les invités
Les références
L'équipe