Ce soir Laure Adler s'entretient avec Krystian Lupa à l'occasion du spectaclePerturbation .

d'après le roman de Thomas Bernhard, jusqu'au 25 octobre au Théâtre de la Colline, dans le cadre du Festival d'Automne à Paris.

“Les maladies sont le plus court chemin de l’homme pour arriver à soi.”

Perturbation
Perturbation © Radio France / Elisabeth Carecchio

Krystian Lupa, dont on a vu à La Colline Factory 2 et Salle d’attente , a souvent croisé avec éclat l’écriture de Thomas Bernhard : les spectacles qu’il a tirés de certains de ses romans, Extinction et La Plâtrière sont parmi ses plus beaux.

Pour son second spectacle en français, il a choisi Perturbation : l’histoire d’un chemin initiatique, celui d’un fils qui suit la tournée de son père, médecin de campagne , et découvre, de maison en maison, de secret en secret, de douleur en douleur, le désarroi multiforme des vies humaines.

Bernhard y raconte comment un jeune homme ouvre les yeux sur la “perturbation” fondamentale de l’existence, et l’effroi qu’elle recèle. Non moins intransigeant, l’art théâtral de Lupa plonge les acteurs dans cette littérature en fusion, dans sa profondeur, dans sa lucidité. La façon dont il nourrit la scène de la matière romanesque n’a rien à voir avec une mise en dialogue. C’est dans les courants mentaux, les flux d’affects, la bataille avec le réel dont l’écriture de Bernhard est le lieu, qu’il puise ses images oniriques et l’incandescence du jeu qui est sa marque.

Les liens

Théâtre de la Colline

Festival d'Automne de Paris

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.