Au Tarmac de la Villette jusqu'au 14 juin Cette Fille-là de Joan MacLeod, texte édité aux Dramaturges Editeurs Mise en scène de Sylvain Bélanger Avec Sophie Cadieux Créée en 2001 au Festival de théâtre de Calgary par le Théâtre Green Thumb de Vancouver, "Cette fille-là" arrive en France pour notre plus grand bonheur, après plus de mille représentations en Amérique du Nord. En 1997, l'auteure, Joan MacLeod écrivait une pièce sur un sujet violent, mais qui concerne les tout-petits. " Je comptais partir de l’expérience de ma fille qui, dès la prématernelle, à l’école et à bord de l’autobus, avait essuyé les comportements agressifs d’autres fillettes, raconte-t-elle. Je voulais démontrer comment les fillettes se comportent les unes avec les autres et adoptent parfois des attitudes violentes dès qu’elles savent marcher, quand l'affaire Reena Virk a commencé". A Victoria, un adolescent et sept adolescentes ont sauvagement battue et noyée Reena Virk une jeune fille de 14 an

invité(s)

Henri Bauchau

Ce n'est qu'à l'âge de 45 ans qu'Henry Bauchau publie son premier livre. Avant cela, il a eu plusieurs vies. En 1932, il choisit d'étudier le droit à la faculté de Louvain. Mais il n'a pas l'occasion de s'en servir : mobilisé en 1939, il effectue la campagne des 18 jours en mai 1940, s'engage en 1943 dans l'Armée secrète et combat avec le maquis des Ardennes. Blessé, il est soigné à Londres avant de rentrer en Belgique 'libérée'. Il y fonde une maison de distribution et d'édition, qu'il implante en 1946 à Paris. De 1947 à 1950, Henry Bauchau suit une analyse, qui dit l'avoir transformé. En 1951, il fonde à Gstaad, un collège international de jeunes filles. Enfin en 1958, 'Géologie', son premier livre sort en librairie. Trois ans plus tard, Ariane Mnouchkine adapte sa pièce 'Gengis Khan'. La carrière d'Henry Bauchau est lancée, mais son public est encore très restreint. Ainsi, à la fin des années 1970, il travaille dans un hôpital de jour qui accueille des adolescents per

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.