Au Théâtre de la Criée- Marseille Le temps est un songe d’Henri-René Lenormand. Mise en scène de Jean-Louis Benoit Avec : Richard Mitou, Océane Mozas, Valérie Keruzoré, Karen Rencurel, Jim-Adhi Limas Après Les Ratés au théâtre de la Cartoucherie en 1995, Jean-Louis Benoit met de nouveau en scène Henri-René Lenormand. Dramaturge oublié de nos jours il fut en son temps un des auteurs les plus mis en scène. Jean-Louis Benoit dit éprouver pour ce théâtre des ténèbres une affection inexplicable. Le Temps est un songe fut mis en scène pour la première fois en 1919 par Georges Pitoëff, et obtint un grand succès. En ces temps d’après guerre ce théâtre du désenchantement trouvait toute son actualité. Freud, dont il fut un des premiers lecteurs, influença fortement l’œuvre d’Henri-René Lenormand. A l’opposé de Romain Rolland et ses « sentiments océaniques » à qui Freud exprima son désaccord, Lenormand, lui, s’intéressa aux eaux stagnantes des étangs au point d’en faire l’élémen

invité(s)

Anne-Laure Liégeois

Après des Etudes de Lettres Anciennes et une spécialisation en Etruscologie, Anne-Laure Liégeois se consacre au Théâtre, non sans avoir hésité avec la photo. Son parcours théâtral est celui d'un spectateur : emmenée très tôt au théâtre par ses parents, elle tient en grande partie sa formation des très nombreux spectacles qu'elle a vu, et du plaisir qu'elle y a pris, de « l'Age d'Or » de Mouchkine au « Lear » de Chéreau en passant par « la Mélodie du Malheur » du Grand Magic Circus. Elle rencontre le Campagnol et ses Ateliers de formation et expérimente très tôt la scène, et la mise en scène dans des travaux d'atelier à La Piscine de Châtenay Malabry. Comme travail de fin d'études, elle présente une traduction-adaptation du « Festin de Thyeste » de Sénèque, à la Sorbonne en 92. Puis ce sera « Le Fils » de Christian Rullier, « L'Augmentation » de Pérec, « Labiche moteur » d'après « L'Affaire de la rue Lourcine » et « Mon Isménie », « Loterie sanglante », « trilogie

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.