• Stanislas Nordey pour "Par les villages" de Peter Handke jusqu'au 30 novembre au Théâtre National de la Colline.

“Mets-toi dans tes couleurs, sois dans ton droit, et que le bruit des feuilles devienne doux.”

Par les villages
Par les villages © Radio France / Elisabeth Carecchio

Un homme, devenu écrivain, retourne au lieu de sa naissance. Il vient voir son frère et sa sœur, qui lui refusent sa part d’héritage. Parti depuis longtemps, il ne reconnaît plus le paysage de sa vallée, métamorphosé par la vie moderne. Entre la mort de l’ancien monde, celui des parents, et l’esquisse de l’avenir, la pièce ouvre le temps de la parole. Elle déferle comme une vague, comme un cri, comme une guerre. Au centre, l’opposition des deux frères, l’intellectuel et l’ouvrier, à qui l’auteur confie le point d’orgue, véritable manifeste des humiliés et offensés. C’est en 1982 que Peter Handke conçut cette histoire d’une fratrie traversée par le monde. Si Stanislas Nordey l’a choisie pour une création dans la Cour d’Honneur, en Avignon, c’est aussi parce que la beauté de la langue de Handke y élève la vie de tous les jours à la hauteur du mythe. Pour lui, c’est aujourd’hui une des raisons d’être du théâtre que de faire entendre ces appels, ces protestations, ces éclats de douleur et d’espoir – comme autant de trouées que le lyrisme opère dans le poids du monde.

  • Eric Reinhardt et Frédéric Fisbach pour "Elisabeth ou l'Equité" au Théâtre du Rond Point jusqu'au 8 décembre.
Elisabeth ou l'Equité
Elisabeth ou l'Equité © Radio France / Giovanni Cittadini Cesi

Le romancier Éric Reinhardt, après les succès de Cendrillon et du Système Victoria , s’empare du dialogue théâtral, réaliste et social, avec réunions épiques, business trips à New York, humiliations, mensonges, manipulations et séductions. Frédéric Fisbach, après avoir dirigé Juliette Binoche dans Mademoiselle Julie de Strindberg, confie le rôle-titre à Anne Consigny, actrice de la série Les Revenants et de Vous n’avez encore rien vu de Resnais. Élisabeth pose les questions fondamentales d’un monde en mutation. Analyse et miroir terrible d’un temps de doutes, l’œuvre s’ouvre sur des perspectives nouvelles. Pierre Notte

  • Arnaud Meunierpour "Chapitres de la chute - saga des Lehmann Brothers " de Stefano Massini au Théâtre du Rond Point jusqu'au 30 novembre -

Trois Juifs bavarois débarquent en 1844 outre-Atlantique, ils découvrent le rêve américain. Les frères Lehman, Henry, Emmanuel et Mayer, viennent en Alabama vendre du « schmatès », tissu en yiddish. Mais le projet fraternel se transforme en empire bancaire. En 2008, le groupe Lehman Brothers s’effondre, il entraîne dans sa chute les bourses mondiales, et devient l’emblème d’une crise sans précédent. La famille aura assisté à la naissance du chemin de fer, de Wall Street, des beautés de Manhattan et aux dérives du libéralisme effréné. Success story, Chapitres de la chute traverse le temps, aborde les répétitions ironiques des désastres de l’Histoire, entre la Grande Dépression de 1929 et l’émergence des parieurs traders, bis repetita. La petite affaire des frères Lehman se développe en une extraordinaire saga familiale. L’épopée voyage dans les grandeurs et les décadences de deux siècles d’une civilisation en mouvements incessants, progrès et déchéance.L’auteur italien Stefano Massini, né en 1975, couronné de succès et de prix, raconte une épopée américaine depuis l’intimité des Lehman. En trois volets, naissance, prospérité et anéantissement, Chapitres de la chute s’impose comme l’autopsie épique d’une catastrophe capitaliste. Ces trois chapitres composent un formidable polar, et mettent l’humain et ses failles au centre d’un système qui paraît aujourd’hui déshumanisé. Arnaud Meunier, directeur du Centre dramatique national de Saint-Étienne, dénouait au Rond-Point Le Problème de François Bégaudeau en 2011. Ici, par ce conte démesuré, il décortique avec son équipe les systèmes effroyables d’un monde qui court à sa perte. Pierre Notte

Les liens

Théâtre de la Colline

Théâtre du Rond Point

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.