André Markowicz et Volodia Serre pour "Oblomov" d'Ivan Alexandrovitch Gontcharov jusqu'au 9 juin à la Comédie-Française

Adaptation et mise en scène: Volodia Serre ; Traduction: André MarkowiczPropriétaire terrien installé à Saint-Pétersbourg, Oblomov passe ses journées dans son canapé, vêtu de sa robe de chambre, habité par une paresse proche de la léthargie. Tandis qu'il vient d'apprendre de son serviteur Zakhar qu'il doit libérer sous huit jours son logement et que ses revenus vont diminuer, il rêve d'Oblomovka, le village de son enfance. L'aristocrate oisif, touché par l'oblomovisme, terme qu'invente son ami Stolz pour définir son apathie, est brusquement réveillé par ce dernier qui le rappelle à la vie. Stolz tente de lui faire reprendre un quotidien normal, dynamique et optimiste. Il lui présente la jeune et belle Olga. Oblomov saura-t-il se dépasser et prendre le risque de tomber amoureux ? ou les craintes des souffrances futures engendrées par la passion et son aspiration profonde à la tranquillité triompheront-elles de lui ?

Les Chiens de Navarre , avec Jean-Christophe Meurisse, Jean-Luc Vincent et Céline Fuhrer

Le spectacle "Quand je pense qu'on va vieillir ensemble" est présenté jusqu'au 25 mai au Théâtre des Bouffes du Nord

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/05/5b82b097-be1c-11e2-9f7b-782bcb6744eb/640_slide1-chiensdenavarre2.jpg" alt="Chiens de Navarre" width="540" height="300" />
Chiens de Navarre © Chiens de Navarre © Philippe Lebruman
Chiens de Navarre © Chiens de Navarre © Philippe Lebruman - 2013 Amateur des contre-pieds saisissants, c’est en caressant à rebrousse poil le postulat qui donnait son titre à un fameux film de Maurice Pialat que la troupe des Chiens de Navarre s’amuse avec Quand je pense qu’on va vieillir ensemble des promesses d’une espérance de vie censée faire de chacun de nous des centenaires en puissance.Prônant le jeu de massacre sociétal sans craindre les zones d’ombres poétiques pas plus que les plages de tendresse, le théâtre des Chiens de Navarre se réécrit lors de la représentation dans l’instantané de sa monstration. Neuf comédiens lâchés sur le plateau sous le regard d’un metteur en scène et chef de troupe qui, en la personne de Jean-Christophe Meurisse, veille chaque soir au grain, harmonise les performances entre les solistes en garant du tempo idéal.Des rituels sorciers des Maîtres fous de Jean Rouch aux expériences destroy du cinéma de l’américain Harmony Korine, ce théâtre du rire cathartique adore aussi puiser son inspiration au cœur de la littérature, tels les écrits de l’auteur suédois Stig Dagerman qui, avec son texte testamentaire Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, irrigue le spectacle de sa présence fantomatique.

Mathieu Bauer

"Une Faille" - épisodes 7 et 8 au Nouveau Théâtre de Montreuil jusqu'au 7 juin

Evénement(s) lié(s)

Une faille - feuilleton théâtral

Les liens

Comédie Française

Le site du Théâtre des Bouffes du Nord

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.