Ce soir dans Studio Théâtre :

Elizabeth Mazev

Pour son spectacle "Les tribulations d'une étrangère d'origine", jusqu'au 2 mars à Théâtre Ouvert / mise en scène et scénographie François Berreur.

Adaptation scénique de son récit autobiographique Mémoire pleine , Les Tribulations d’une étrangère d’origine d’Elizabeth Mazev racontent l’histoire d’une petite fille née en France de parents réfugiés politiques bulgares. Seule en scène, la comédienne, conteuse hors-paire, rejoue des scènes de sa vie, de ses trois ans et demi à l’âge adulte : la chanson bulgare chorégraphiée par sa mère pour le spectacle de fin d’année, les longs périples estivaux en DS break passés à tourner autour de la Bulgarie sans pouvoir pénétrer « le plus fidèle satellite de l’Union soviétique », le voyage décevant, plus tard, dans un pays qui s’engouffre dans le capitalisme sauvage, où elle cherche à retrouver ce que tous les Bulgares tentent de fuir… C’est drôle, enjoué, plein d’autodérision, ponctué de changements de rythmes et de tons.Pour ce spectacle, Elizabeth Mazev retrouve François Berreur, dont les spectateurs ont, il y a deux saisons, pu voir Ebauche d’un portrait , son adaptation et mise en scène du Journal de Jean-Luc Lagarce. Un monologue, déjà qui travaillait au plus profond les relations entre l’individu et le souvenir, l’intimité et l’Histoire. Thèmes qui se retrouvent dans ces Tribulations , où, par-delà la peinture intime et familiale, est questionné ce qu’est la mémoire, de quoi elle se compose et comment on l’arrange, « à la manière d’un bouquet ». Et en se moquant de sa propre nostalgie pour un pays qui n’existe que dans la mémoire de ceux qui l’ont quitté. Elizabeth Mazev pose la question de l’identité : d’où est celui qui n’est ni d’ici, ni d’ailleurs ?Mémoire pleine , récit d'Elizabeth Mazev, est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs.

Jeanne Candel et Samuel Achache

pour "Le crocodile trompeur / Didon et Enée" - Théâtre Opéra - D'après l'opéra de Henry Purcell et d'autres matériaux -au Théâtre des Bouffes du Nord jusqu'au 3 mars. Puis en tournée en 2013-2014.

Tous les chemins mènent à Rome... Avec l’opéra baroque Didon et Enée , Henry Purcell en appelle, pour son livret écrit en 1689, à la légende du héros fondateur de la nation romaine. L’odyssée du troyen Enée passe par Carthage où il tombe dans les bras de la reine Didon. Pressé par les dieux d’accomplir son destin, Enée devra quitter la belle mais ce faisant, il la condamne à se laisser mourir de chagrin.Samuel Achache et Jeanne Candel remettent sur le métier l’œuvre de Purcell en la questionnant dans toutes ses composantes. A travers de multiples résonances avec des matériaux puisés à la littérature et à la peinture, au cinéma et au documentaire, l’acte jubilatoire de « bricoler » l’opéra à l’aune des temps présents s’avère alors le plus passionnant des défis.Sous la direction musicale de Florent Hubert, c’est avec des musiciens venus du jazz que ce projet s’affirme comme une création collective dont les coauteurs sont aussi des acteurs et des actrices qui ont accepté de se métamorphoser en chanteurs. La mise en perspective d’un monument de l’opéra qui se reconstruit sous nos yeux à travers la belle énergie d’une jeune troupe témoignant d’un art vivant qui se réclame très naturellement de l’ici et du maintenant.

Pascale Murtin et François Huffler :

Pour "Grand Magasin". Ils ont présenté une rétrospective de leurs spectacles au Théâtre de la Cité Internationale, jusqu'à ce soir, 22 février. (spectacles "La vie de Paolo Uccello", "Mordre la poussière", "25 chansons trop courtes et quelques unes plus longues" et "Bilan de compétences"Le 21 mars ils présenteront le spectacle "Mordre la poussière" à Armentières. Le 18 mai "25 chansons trop courtes et quelques unes plus longues" à Vitry sur Seine."Depuis 1982 (avènement de Grand Magasin) nous prétendons, en dépit et grâce à une méconnaissance quasi-totale du théâtre, de la danse et de la musique, réaliser les spectacles auxquels nous rêverions d'assister.A cet égard, ils sont très réussis et nous émeuvent.Notre ambition consiste à croire possible que d'autres partagent cet enthousiasme." GRAND MAGASIN a été fondé en 1982 par Pascale Murtin & François Hiffler. Ces derniers ont conçu ensemble une vingtaine de pièces, numéros et performances, s’adjoignant à l’occasion les services de leurs amis. A l’aube du vingt et unième siècle, Bettina Atala a rejoint le duo et c’est à trois voix qu’ont été construits et présenté iwc replica watches

Les liens

Théâtre Ouvert

Le Théâtre des Bouffes du Nord

Site du théâtre de la cité internationale

Grand Magasin

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.