Comment définir le metteur en scène ? Vétérinaire, valet de chambre, magicien, jardinier, dresseur, dompteur, éleveur, apprivoiseur, comptable, mécanicien, animateur, jardinier des esprits, médecin des sentiments, horloger des paroles, accoucheur de l'inarticulé, savetier des situation, cuisinier des propos, régisseur des âmes...

Autour de Louis Jouvet aujourd'hui, avec :

  • Nicolas Bouchaud , comédien

(actuellement au Théâtre du Rond Point dans "Un métier idéal" jusqu'au 4 janvier)

  • Brigitte Jaques-Wajeman , metteur en scène, qui en 1986 a conçu et mis en scène le spectacle "Elvire Jouvet 40"

Le spectacle retrace sept leçons, données de février à septembre 1940, durant lesquelles Jouvet enseigne une unique scène du Dom Juan de Molière, (les adieux d’Elvire, acte IV, scène 6) à une élève de troisième année, Claudia.

Benoît Jacquot a réalisé un film à partir du spectacle.

  • Eva Mascarau "Louis Jouvet - introduction et choix de textes" paru chez Actes Sud- Papiers (collection Mettre en scène)
Louis Jouvet - Eve Mascarau
Louis Jouvet - Eve Mascarau © Radio France / Actes Sud - Eve Mascarau

Eve Mascarau a ici sélectionné des notes personnelles, des articles, des conférences, etc. qui prennent la forme d'aphorismes, de questionnements, de discours ou de récits. Ces extraits, inédits ou épuisés pour la plupart, témoignent de la démarche intellectuelle et artistique de Jouvet, homme de théâtre complet.

  • Olivier Rony pour l'édition de la Correspondance entre Louis Jouvet et Jacques Copeau, parue chez Gallimard

__

Correspondance Jacques Copeau - Louis Jouvet
Correspondance Jacques Copeau - Louis Jouvet © Radio France / Gallimard - Olivier Rony

Ce volume rassemble pour la première fois l’intégralité de la correspondance échangée entre deux hommes de théâtre hors du commun, Jacques Copeau (1879-1949) et Louis Jouvet (1887-1951), dont l’influence n’a pas cessé de nourrir les pratiques contemporaines. Ce qui les unit d’abord, au-delà d’un compagnonnage exemplaire qui les verra côte à côte au Théâtre du Vieux-Colombier de 1913 à 1922, fut le rêve d’une fraternité artistique idéale, d’une utopie théâtrale. Que les circonstances, différends ou querelles d’amour-propre aient fait dégénérer cette mystique, personne ne le contestera. Mais des premiers spectacles de 1913 à l’aventure mouvementée des deux saisons américaines, en passant par la réalisation des dispositifs fixes des scènes new-yorkaises et parisiennes ou leurs échanges sur «la comédie nouvelle» et sur l’éducation originale du comédien des temps modernes, le dialogue entre Jacques Copeau et Louis Jouvet révèle la complicité émouvante qui les a liés, notamment

Evénement(s) lié(s)

Un métier idéal

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.