La 52e rue, la « rue du jazz » à New York en 1948
La 52e rue, la « rue du jazz » à New York en 1948 © William P. Gottlieb /

Comme chaque vin mérite son fromage, chaque polar se déguste aussi grâce à son jazz...Ces deux genres littéraires et musicaux sont nés ensemble et n'ont cessés depuis le début du XXème siècle d'entretenir des rapports étroits.

Dans Summertime pour en parler ce soir : Marcus Malte, écrivain dont le dernier roman « Les Harmoniques » met en scène Mister pianiste amateur de jazz et enquêteur à ses heures perdues, et Emeric Cloche spécialiste jazz et littérature et créateur de l’association Fondu au Noir.

Marcus malte

Marcus Malte est né en 1967 et vit depuis ce temps à La Seyne-sur-Mer. Il a fait des études de cinéma, a été musicien de rock, de jazz . Puis il s’est lancé dans l’écriture pour les adultes, plus particulièrement des romans noirs, et pour la jeunesse… Son premier livre, le Doigt d’Horace, paraît en 1996. Il sera suivi de deux autres (Le Lac des singes ; Carnage, constellation) et d’un Poulpe (Le Vrai Con maltais), son dernier livreLes Harmoniques est sorti en 2011 chez Gallimard.

Les harmoniques/ Gallimard

"Souviens-toi, on rêvait d’un monde de justice… Vera Nad, vingt-six ans, jeune femme au visage d’ange. Morte. Son corps, ou ce qu’il en reste, est retrouvé un matin dans un entrepôt désaffecté. La police conclut à un règlement de comptes entre dealers. Les coupables sont rapidement arrêtés. Affaire classée. Pas pour tous. Mister, le pianiste au grand cœur, et Bob, son acolyte, chauffeur de taxi érudit, ne croient pas à cette version des faits. Vera était leur amie, ils se doivent de mettre au jour la vérité. Une quête qui les conduira des hautes sphères de la politique française jusqu’aux rives lointaines du Danube. De Paris à Vukovar. Des riches demeures des princes aux charniers des Balkans. Du présent au passé. Car en tout temps règnent le mal et la corruption, en tout lieu les plus bas instincts de l’homme se déchaînent. Et seul l’écho des cris des victimes ne meurt jamais. Quatre ans après le phénoménal Garden of love , Marcus Malte renoue avec son duo de personnages fétiches pour composer cette fois une somptueuse ballade aux accents jazz. Un chant d’amour, poignant, dans lequel ces « voix chères qui se sont tues » n’en finissent pas de résonner."

Les liens

Suivez Summertime sur Facebook!  Toute l'actualité autour de l'émission et plus encore sur notre Facebook officiel.

Mots-clés:
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.