Segal/Faccini
Segal/Faccini © Radio France

Les longues amitiés apportent une connaissance réciproque bénéfique à la bonne musique. Piers Faccini et Vincent Segal, eux, partagent une longue amitié de 25 ans. A l’époque, Piers était peintre et chantait en secret. Seul Vincent avait le privilège d’entendre ses compositions.

Aujourd’hui ce dernier avoue n’avoir jamais autant travaillé avec quelqu’un. Réalisateur de Leave No Trace , le premier album du guitariste/chanteur anglais, Vincent Segal a ensuite figuré sur Two Grains Of Sand. Aujourd’hui ils co-signent pour la première fois un album ensemble. Avec Songs of Time Lost, le violoncelliste prouve une fois de plus que les duos lui vont bien (avec Cyril Atef il forme le groupe Bumcello, il a aussi collaboré à plusieurs reprises avec le joueur de Kora Ballaké Sissoko). Vincent Segal est un inclassable. On le retrouve dans la musique improvisée, le hip-hop (Oxmo Puccino), le jazz… Songs Of Time Lost est à l’image de l’ouverture de ces deux grands voyageurs.

Sur les terrains montagneux de la musique réunionnaise, l’anglais Piers Faccini s’essaye au créole avec « Mangé Pou le Cœur » de Alain Péters. Parmi le vaste champ des reprises, on trouve également du Mississipi John Hurt (« Make Me a Pallet on Your Floor ») ou du Townes Van Zandt. Du blues, du folk et beaucoup de plaisir pris dans ces dialogues intimistes au sein desquels les deux vieux amis nous convient.

Avec une pensée pour le guitariste brésilien Baden Powell, disparu à l’âge de 63 ans, le 26 septembre 2000 à Rio de Janeiro.

Evénement(s) lié(s)

Rhino Jazz Festival

Atlantique Jazz Festival

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.