ATTENTION pour les rediffusions de l'été, l'émission sur les épaules de Darwin sera diffusée exceptionnellement tous les samedis à partir de 10h08 au lieu de 11h05 habituellement et ceci jusqu'au 1er septembre.

Cette émission est une rediffusion de l'émission du 10 décembre 2011

« Comme de longs échos qui de loin se confondent […]

Les parfums, les couleurs et les sons se répondent

Il est des parfums […]

Doux comme les hautbois, verts comme les prairies, […]

Qui chantent les transports de l’esprit et des sens »

Charles Baudelaire. Correspondances 

"Aimer de toute son âme, et laisser le reste au destin – telle était la loi simple [de ma mère].

Vot zapomni [maintenant, souviens-toi],’ disait ma mère avec un ton de conspirateur alors qu’elle attirait mon attention sur telle ou telle chose adorable dans Vyra – une alouette s’élevant dans le ciel de lait caillé d’une banale journée de printemps, des éclairs de chaleur orageuse dessinant une ligne distante d’arbres dans la nuit, la palette de feuilles d’érables sur le sable brun, les empreintes cunéiformes des pattes d’un petit oiseau sur la neige. Comme si elle sentait que dans quelques années la part tangible de son monde allait périr, elle cultivait une conscience extraordinaire des marques variées du passé qu’elle distribuait à travers les lieux où nous vivions. Elle chérissait son propre passé avec la même ferveur rétrospective que j’ai maintenant pour son image et pour mon passé. Ainsi, d’une certaine façon, j’ai hérité d’un simulacre exquis – la beauté des possessions intangibles, des propriétés irréelles – […]

Les petites étiquettes et empreintes que [ma mère] inscrivait partout dans sa mémoire me sont devenues aussi chères et aussi sacrées qu’elles l’étaient pour elle. […]

Il y avait le tilleul qui marquait l’endroit, au bord de la route qui montait vers le village de Gryazno […] où mon père l’avait demandée en mariage… »

Vladimir Nabokov. Speak, Memory.

__

« Quand ‘S .’ lisait de longues listes de mots, chaque mot faisait surgir une image. Et comme la liste était très longue, il avait dû trouver une façon de répartir ces images à lui dans une file ou une séquence. Le plus souvent (et cette habitude persista tout au long de sa vie), il les ‘distribuait’ au long d’un chemin ou d’une route qu’il visualisait dans son esprit. Parfois, c’était une route dans sa ville natale, qui incluait aussi la cour de la maison dans laquelle il avait vécu enfant, et dont il gardait un souvenir intense. Mais il pouvait aussi choisir une rue dans la ville de Moscou.

Souvent, il s’engageait dans une promenade mentale dans cette rue – la rue Gorki à Moscou – en partant de la place Maïakovski, et en descendant lentement – ‘répartissait’ ses images devant des maisons, des portes, et des vitrines de magasins. Parfois, sans réaliser de quelle manière cela s’était produit, il se retrouvait dans sa ville natale (Torjok), où il terminerait son voyage dans la maison dans laquelle il avait vécu enfant. Le cadre qu’il choisissait pour ses ‘promenades mentales’ ressemblait à celui des rêves, la différence étant que le cadre, dans ses promenades, s’évanouissait immédiatement dès que son attention était attirée ailleurs mais réapparaissait aussi soudainement quand il était obligé de se souvenir d’une série qu’il avait ‘enregistrée’ de cette manière. »

Alexander Luria. The mind of a mnemonist : A little book about a vast mamory. [Cité dans Siri Hustvedt. La femme qui tremble .]

"Je suis né le 31 janvier 1979 – un mercredi. Je sais que c’était un mercredi, parce que la date est bleue, dans mon esprit et les mercredis sont toujours bleus, comme le nombre neuf ou le son des voix bruyantes en train de se disputer. […]

Les nombres sont mes amis et ils sont toujours présents autour de moi. Chacun est unique et a sa propre personnalité. Onze est amical et cinq est bruyant, alors que quatre est à la fois timide et silencieux – c’est mon nombre préféré. […] Certains nombres sont très beaux, comme trois cent trente-trois . […] Quatre-vingt-neuf me rappelle la neige qui tombe. […]

Les émotions peuvent être difficiles pour moi, elles peuvent être difficile à comprendre alors j’utilise souvent les chiffres pour m’aider. Si un ami me dit qu’il se sent triste, je l’imagine en train d’être assis dans l’obscurité du nombre six et ça m’aide à ressentir ce même sentiment de tristesse. […] Les nombres m’aident à mieux comprendre les autres. […]

Quand je regarde une séquence de chiffres, ma tête commence à se remplir de couleurs, de formes et de textures, qui se tissent ensemble spontanément pour former un paysage visuel. Ils sont toujours très beaux pour moi ; quand j’étais enfant je passais des heures à explorer les paysages de nombres dans mon esprit. »

Daniel Tammet. Je suis né un jour bleu

"Aussi loin que je me souvienne […] j’étais un cas intéressant d’audition colorée . Peut-être qu’entendre n’est pas le terme tout à fait exact, étant donné que la sensation de couleur semble être produite par l’acte même par lequel je prononce une lettre particulière, pendant que j’imagine sa forme. La lettre a […] est, pour moi, de la couleur du bois usé par les intempéries, mais, [dans une autre police de caractère] le a évoque l’ébène poli. Ce groupe de couleur noire inclut aussi les g durs (du caoutchouc vulcanisé) et le r (des guenilles noires en train d’être déchirées). Le n farine […] et le o petit miroir au manche d’ivoire s’occupent des blancs. […] Si nous passons au groupe bleu, il y a le x bleu acier, le z nuage d’orage, et le k myrtille. Comme il existe une subtile interaction entre la sonorité et la forme, […] le s n’est pas du même bleu pâle que c , mais un curieux mélange d’azur et de nacre. Les teintes adjacentes ne se mélangent pas […].

Je me presse de compléter ma liste avant que je sois interrompu. Dans le groupe vert, il y a la feuille de l’aulne du f , la pomme pas mûre du p , et le pistache t . Un vert terne, combiné je ne sais trop pourquoi à du violet, est le mieux que je puisse faire pour le w. Les jaunes comportent des e et des i variés, le d crémeux, le y doré vif, et le u, dont je ne peux exprimer la valeur alphabétique que par ‘cuivré avec un reflet olive’. Dans le groupe des marrons, il y a les tons caoutchouteux riches du doux g, du j plus pâle encore, rouges, le b a la tonalité que les peintres appellent Sienne brûlé, le m est un pli de flanelle rose, et aujourd’hui j’ai enfin apparié le v avec la teinte ‘Rose Quartz’ dans le Dictionnaire des Couleurs de Maerz et Paul.__ Le mot pour arc-en-ciel, un arc-en-ciel véritable, mais décidemment brouillé, est dans mon langage personnel le mot difficilement prononçable : kzspygv.

Les confessions d’un synesthète doivent sembler fastidieuses et prétentieuses à ceux qui sont protégés de telles brèches et de telles évasions par des murs plus solides que ne sont les miens. A ma mère, pourtant, tout cela semblait normal. Le sujet fut abordé, un jour durant ma septième année, alors que j’utilisais un tas de vieux cubes d’alphabet pour construire une tour.

Je fis à ma mère, en passant, la remarque que les couleurs des lettres étaient toutes fausses. Nous avons alors découvert que certaines de ses lettres à elle avaient la même teinte que les miennes, et qu’en plus, elle entendait les notes de musique en couleurs. En moi, les notes de musique n’évoquaient aucune sorte de couleur. […]

Ma mère fit tout pour encourager la sensibilité générale que j’avais aux stimulations visuelles. Combien d’aquarelles elle a peintes pour moi. Quelle révélation ce fut quand elle me montra l’arbre-lilas qui pousse à partir d’un mélange de bleu et de rouge ! »

Vladimir Nabokov. Speak, Memory

"La lecture est une forme de synesthésie ordinaire. Nous transformons des signes abstraits en scènes visuelles. […]

Le monde subjectif est aussi un monde inter-subjectif – le monde de moi et de toi – et tracer une frontière entre les deux n’est pas facile, parce que les autres font partie de nous . »

Siri Hustvedt. La femme qui tremble

"Elle ouvrait le livre. Elle pénétrait dans l’histoire, sachant qu’elle en émergerait en ressentant qu’elle avait été immergée dans la vie des autres, dans des intrigues qui traversaient le temps, son corps empli de phrases et d’instants, comme si elle s’éveillait d’un sommeil avec une pesanteur causée par des rêves oubliés ». Michael Ondaatje. Le Patient anglais

Articles scientifiques

-Ludwig V, Adachi I, Matsuzawa T. Visuoauditory mappings between high luminance and high pitch are shared by chimpanzees (Pan troglodytes ) and humans. Proceedings of the National Academy of the United States of America 2011, PNAS early edition, December 2011:1-5.

-Ewen Callaway. News. The chimpanzee who sees sounds. Nature 2011, 7 Dec. 2011:1-3.

http://www.nature.com/news/the-chimpanzee-who-sees-sounds-1.9541

-Brang D, Ramachandran V.S. Survival of the synesthesia gene: why do people hear colors and taste words? PLoS Biology November 2011, 9, e1001205:1-6.

http://www.plosbiology.org/article/info:doi/10.1371/journal.pbio.1001205

-Terhune D, Tai S, Cowey A, et coll . Enhanced cortical excitability in grapheme-color synesthesia and its modulation. Current Biology 2011, 21, 1-4 December 2011 DOI.10.1016/j.cub.2011.10.032.

-Banissy M, Garrido L, Kusnir F, et coll. Superior facial expression, but not identity recognition, in mirror-touch synesthesia. The Journal of Neuroscience 2011, 31:1820-4.

-Eagleman D. The objectification of overlearned sequences : a new view of spatial sequence synesthesia. Cortex 2009, 45:1266-77.

-Saenz M, Koch C. The sound of change : visually-induced auditory synesthesia. Current Biology 2008, 18:R650-1.

http://www.klab.caltech.edu/~saenz/pdf/SaenzKoch_CurrentBiology08.pdf

-Schnabel J. News. The sound of silent movies. Nature 2008, published online 5 August 2008.

-Banissy M, Ward J. Mirror-touch synesthesia is linked with empathy. Nature Neuroscience 2007, 10:815-6.

-Beeli G, Esslen, Jäncke. When coloured souds taste sweet. Nature 2005, 434:38.

http://cercor.oxfordjournals.org/content/18/2/379.full

-Francis R. News. Synaesthete makes sweet music. Nature 2005, published online 2 March 2005.

http://www.nature.com/news/2005/050228/full/news050228-9.html

Titres diffusés

  1. Michael Kiwanuka - Tell Me a Tale
  2. Lhasa - La Marée Haute (2003)
  3. Antony & The Johnsons & Boy George - You are My Sister (2005)
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.