Dans un autre rêve, où je crois me promener à cheval par une belle journée, la conscience de ma véritable situation me revient en mémoire, comme aussi cette question de savoir si le libre arbitre de mes actions imaginaires m’appartient en songe ou ne m’appartient pas. Voyons, me dis-je, ce cheval n’est qu’une illusion, cette campagne que je parcours un décor, mais si ce n’est point ma volonté qui a évoqué ces images, il me semble bien du moins que j’ai sur elles un certain empire. Je veux galoper, je galope. Je veux m’arrêter, je m’arrête. Voici maintenant deux chemins qui s’offrent devant moi. Celui de droite paraît s’enfoncer dans un bois touffu ; celui de gauche conduit à une sorte de manoir en ruine. Je sens bien que j’ai la liberté de tourner à droite ou à gauche, et par conséquent de décider moi-même si je veux faire naître des associations d’idées-images__ en rapport avec ces ruines ou avec ce bois. Je tourne d’abord à droite, puis l’idée me vient qu’il vaut mieux, dans l’intérêt de mes expériences, guider un rêve aussi lucide du côté des tourelles et du donjon, parce qu’en cherchant à me souvenir exactement des principaux détails de cette architecture, je pourrai peut-être, à mon réveil, reconnaître l’origine de ces souvenirs. Je prends donc le sentier de gauche, je mets pied à terre à l’entrée d’un pont-levis pittoresque et durant quelques instants que je dors encore, j’examine très attentivement une infinité de détails grands et petits : voûtes ogivales, pierres sculptées, ferrures à demi rongées, fissures et altérations de la muraille, admirant avec quelle précision minutieuse tout cela se peint aux yeux de mon esprit.

Bientôt pourtant, et tandis que je considère la serrure gigantesque d’une vieille porte délabrée, les objets perdent tout à coup leur couleur et la netteté de leurs contours, comme les figures des dioramas quand le foyer s’éloigne.

Je sens que je me réveille.

J’ouvre les yeux au monde réel, la clarté de ma veilleuse est la seule qui m’éclaire.

Il est trois heures du matin.

Hervey de Saint-Denys. Les rêves et les moyens de les diriger. [cité par Michel Jouvet dans Le sommeil et le rêve ]

Texte intégral du livre d'Hervey de Saint Denys

Articles scientifiques :

Dresler M, Koch S, Wehrle R, et coll. Dreamed movement elicits activation in the sensorimotor cortex. Current Biology 2011, 21:1833-7.

Reardon S. Dream movements translate to real life. Science Now. Science 27 October 2011.

Wamsley E, Stickgold R. Dreaming and offline memory processing. Current Biology 2010, 20:R1010-13.

Walker MP, Stickgold R. Overnight alchemy: sleep-dependent memory evolution. Nature Reviews Neuroscience 2010, 11:218.

Diekelmann S, Born J. The memory function of sleep. Nature Reviews Neuroscience 2010, 11:114-26.

Hobson A. REM sleep and dreaming: towards a theory of protoconsciousness. Nature Reviews Neuroscience 2009, 10:803-13.

Voss U, Holzmann R, Tuin I, et coll. Lucid dreaming: a state of consciousness with features of both waking and non-lucid dreaming. Sleep 2009, 32:1191-1200.

Haynes J, Rees G. Decoding mental states from brain activity in humans. Nature Reviews Neuroscience 2006, 7:523-34.

Stickgold R, Malia A, Maguire D, et coll. Replaying the game: Hypnagogic images in normals and amnesics. Science 2000, 290:350-3.

Helmuth L. Neuroscience. Video game Images persist despite amnesia. Science 2000, 290:247-9.

LaBerge, S, Nagel, L, Dement, W, et coll. Lucid dreaming verified by volitional communication during REM sleep. Perceptual and Motor Skills 1981, 52:727-32.

LaBerge S, Owens J, Nagel L, et coll. "This is a dream": Induction of lucid dreams by verbal suggestion during REM sleep. Sleep Research 1981, 10:150.

Dement W,__ Kleitman N. The relation of eye movements during sleep to dream activity : an objective method for the study of dreaming. Journal of Experimental Psychology 1957, 53:339-46.

Aserinsky E, Kleitman N. Regularly occuring periods of eye motility, and concomitant phenomena during sleep. Science 1953, 118:273-4.

Agenda :

- Samedi 6 octobre, à Montpellier , de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h00,

vous êtes invités à participer à laRéflexion publique autour de l’accompagnement des personnes en fin de vie.

La mission, présidée par le Pr Didier Sicard, recueillera vos avis et questions à la

Salle des rencontres, Hôtel de Ville , 1 Place Georges Frêche, Montpellier.

- Mardi 9 octobre, à Paris,

de 19h à 21h : « Les Battements du Temps » Rencontres transdisciplinaires du Centre d’Études du Vivant,

Université Paris Diderot, Institut des Humanités de Paris.

« Réfléchir sur les bêtes pour mieux vivre avec elles »

par Elisabeth de Fontenay , philosophe.

A l’Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion - 75013 Paris.

RER C /M° ligne 14 - Bibliothèque François Mitterrand ; Bus : 62, 64, 89, 132, 325.

Entrée libre (réservation conseillée par e-mail : centre_etudes_du_vivant@univ-paris-diderot.fr ).

Pour voir le film de la rencontre du 18 septembre avec Etienne Klein: "Le temps est-il un cas de conscience?"

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.