Déchiffrer (2)

Plutarque raconte […] qu’au IVe siècle avant notre ère, Agésilas, roi de Sparte, fit ouvrir à Thèbes la tombe prétendue d’Alcmène, mère d’Héraclès.

On y découvrit, entre autres objets qui peuvent remonter à l’Age du Bronze, « une tablette de bronze avec des caractères inscrits d’une stupéfiante antiquité. On ne put rien déchiffrer, bien que, après lavage du bronze, les signes fussent fort clairs. Les caractères avaient une allure à la fois particulière et barbare, très proche de ceux qu’utilisent les Egyptiens. C’est pourquoi Agésilas, dit-on, en envoya une copie au roi d’Egypte en lui demandant de la soumettre aux prêtres pour interprétation. »

Certains modernes ont supposé, bien que d’autres hypothèses soient possibles, que cette tablette était écrite en Linéaire B.

Pierre-Vidal Naquet. In : Introduction au livre de John Chadwick, Le déchiffrement du Linéaire B.

Agenda :

Mardi 16 juin 2015, de 19h à 21h à Paris :

Rencontre transdisciplinaire du Centre d’Etudes du Vivant – Institut des Humanités de Paris – Université Paris-Diderot, dans la série Les Battements du temps :

« Espace perdu, temps retrouvé » , par Michel Cassé , astrophysicien, écrivain et poète, auteur de Du vide et de l’éternité .

Amphi Buffon , 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris

Métro RER : Bibliothèque François Mitterrand. Bus : 62. 64. 89. 132. 325

Entrée libre (réservation conseillée par e-mail : centre_etudes_du_vivant@univ-paris-diderot.fr)

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.