« Nature et art sont les deux versants d’un même fait.

La poésie, comme la science a une racine abstraite.

Le profond mot Nombre est à la base de la pensée de l’homme ; il signifie harmonie aussi bien que mathématique.

Le nombre se révèle à l’art par le rythme, qui est le battement de cœur de l’infini.

Sans le nombre, pas de science ; sans le nombre, pas de poésie.

La strophe, l’épopée, le drame, la palpitation tumultueuse de l’homme, l’explosion de l’amour, l’irradiation de l’imagination, toute cette nuée avec ses éclairs, la passion, le mystérieux mot nombre régit tout cela, ainsi que la géométrie et l’arithmétique.

En même temps que les sections coniques et le calcul différentiel et intégral, Ajax, Hector, Hécube, les Sept Chefs devant Thèbes, Œdipe, Ugolin, Messaline, Lear et Priam, Roméo, Desdemona, Richard III, Pantagruel, le Cid, Alceste, lui appartiennent.

Il part de deux et deux font quatre – et il monte jusqu’au lieu des foudres. »

Victor Hugo. William Shakespeare.

« Le pouvoir formateur de la Terre ne se limite pas à une seule forme, mais embrasse et connaît la totalité de la géométrie… »

Johannes Kepler. Strena seude nive sexangula[Etrennes ou La Neige hexagonale].

__

« Aussitôt que nous nous aventurons sur le chemin des physiciens nous apprenons à peser et à mesurer , à prendre en compte l’espace et le temps, et à trouver de plus en plus notre connaissance exprimée et nos besoins satisfaits par l’intermédiaire du concept de nombre , comme dans les rêves et les visions de Platon et de Pythagore.

La chimie moderne aurait réjoui le cœur de ces grands rêveurs de philosophie.

Mais [les chercheurs des sciences du vivant] ont été pour certains impatients et pour d’autres lents à invoquer l’aide des sciences physiques et mathématiques. »

D’Arcy Wentworth Thompson. On Growth and Form[De la croissance et de la forme].

__

« Je suis l’halluciné de la forêt des Nombres. __

Ils me fixent avec leurs yeux de leurs problèmes ;

Ils sont, pour éternellement rester : les mêmes.

Primordiaux et définis,

Ils tiennent le monde entre leurs infinis ;

Ils expliquent le fond et l’essence des choses,

Puisqu’à travers les temps planent leurs causes.

[…]

Mes yeux ouverts ? – dites leurs prodiges !

Mes yeux fermés ? – dites leurs vertiges ! »

Emile Verhaeren. Les Nombres .

Articles scientifiques :

-Scarf D, Hayne H, Colombo M. Pigeons on par with primates in numerical competence. Science 2011, 334:1664.

-Corrales Rodrigáñez C. The use of mathematics to read the book of nature. About Kepler and snowflakes. Contributions to science 2010, 6:27-34.

http://www.mat.ucm.es/~ccorrale/pdfs/KeplerCorrales.pdf

-Dacke M, Srinivasan M. Evidence for counting in insects. Animal Cognition 2008, 11:683-9.

-Brannon E, Terrace H. Ordering of the numerosities 1 to 9 by monkeys. Science 1998, 282:746-9.

-Carey S. Neuroscience. Knowledge of number: its evolution and ontogeny. Science 1998, 282:641-2.

Revues :

-Numéro Spécial deLa Recherche : Nombres. La Recherche , Août 1995, N°278.

-Dossier Pour La Science : Mathématiques exotiques. Pour La Science Avril/Juin 2005.

Site internet :

D’Arcy Wentworth Thompson. On Growth and Form . Fac simile de l’édition originale de 1917 :

http://ia600501.us.archive.org/1/items/ongrowthform1917thom/ongrowthform1917thom.pdf

Programmation musicale :

  1. Nevchehirlian - Marche ou crève
  2. Selah Sue - This World
  3. Dinah Washingthon - A rockin' good way
  4. Bonga - Mulemba xangola
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.