Cueilleurs de miels

grotte
grotte © Radio France

__

L’émission Sur les épaules de Darwin a 5 ans aujourd’hui !

Merci à tous.

Pour les Mbendjélé, le miel occupe une place centrale dans les origines de l’humanité. […]

[Ils] collectent près d’une vingtaine de miels différents. […]

Ce qui est rapporté de la forêt est tout de suite partagé. Cela garantit que nul ne puisse exercer de pouvoir sur autrui car, les besoins étant satisfaits, il n’y a pas de levier de manipulation. Il est ainsi inimaginable qu’un homme qui a trouvé du miel ne le partage pas. Lorsqu’un chasseur a repéré une colonie, un groupe se prépare à la récolte, sans autre organisation que de s’assurer que tout le monde n’y aille pas en même temps. Dans ce sens, le chant polyphonique (pratiqué par les Mbendjélé et dans toute l’Afrique) représente une éducation très subtile, qui encourage chacun à faire quelque chose de différent, mais complémentaire des autres, et favorise une autonomie dénuée du besoin d’attirer l’attention.

Le mythe des origines de l’humanité est une métaphore de la vie et des actes quotidiens, où le miel joue un rôle central. Le déguster, éprouver ce plaisir ineffable pour qui ne connaît pas d’autre aliment sucré – les fruits de la forêt le sont peu –, cette euphorie de goûts et de sensations, représentent bien autre chose que de se nourrir: le miel participe à la connexion mythique avec notre corps. Il est comme un ancêtre vivant dans ce corps que nous avons la chance d’habiter aujourd’hui et qui, comme le miel, possède une existence continue depuis la nuit des temps. Il nous connecte à nos propres capacités d’être.

Le miel revêt aussi une signification amoureuse particulière et imprègne les relations entre hommes et femmes. […] Les hommes donnent du miel à leur femme, gage d’un mariage heureux. Pour demander une jeune fille en mariage, ils lui offrent du miel comme le firent les hommes dans le mythe de la création.

Quand, en forêt, on commence à comprendre l’effet qu’a le miel sur soi, puis sur les autres, puis sur la femme que l’on aime, il prend une nouvelle importance. On peut dire que la société a son origine dans le partage du miel.

Jérome Lewis in: E Tourneret et S. de Saint Pierre. Les Routes du miel.

Articles scientifiques :

Goulson D, Nicholls E, Botias C,et coll. Bee declines driven by combined stress from parasites, pesticides, and lack of flowers. Science __ 2015, 347:1255957 1-9

Entomology: The bee-all and end-all. Nature 2015, 521:S57-S59.

Burnside J. Telling the bees. Nature 2015, 521:29-30.

Danforth BN, Cardinal S, Praz C, et coll. The impact of molecular data on our understanding of bee phylogeny and evolution. Annual Reviews : Entomology 2013, 58:57-78.

Agenda :

Le Sénat présenteLes Routes du miel

Une exposition de photos d’Eric Tourneret

19 septembre 2015 – 19 janvier 2016

Sur les grilles du jardin du Luxembourg

Rue de Médicis – 75006 Paris – Accès libre.

http://www.lesroutesdumiel.com/

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.