Quand le passé revient de façon imprévisible, ce n’est pas le passé qui revient : c’est l’imprévisible. […]

Quand un bout de passé revient de façon imprévisible, l’homme ou la femme sont bouleversés. Pascal Quignard. Réthorique spéculative.

Derrière les souvenirs [présents à l’état de veille], il y en a d’autres, des milliers et des milliers d’autres, en bas, au dessous de la scène illuminée par la conscience.

Oui, je crois que notre vie passée est là, conservée jusque dans ses moindres détails, et que nous n’oublions rien, et que tout ce que nous avons perçu, pensé, voulu depuis le premier éveil de notre conscience, persiste indéfiniment.

Mais les souvenirs que la mémoire conserve ainsi dans ses plus obscures profondeurs y sont à l’état de fantômes invisibles.

Henri Bergson. Le rêve.

Je suis parti du caractère étrange, embrouillé, insensé, de tant de rêves, et en suis venu à l’idée que le rêve devait être ainsi, étrange, embrouillé, insensé, parce que dans le rêve, quelque chose aspire à s’exprimer,__ quelque chose qui a contre soi la résistance d’autres puissances de la vie psychique.

Sigmund Freud. Sur le rêve.

__

Aristote disait que le secret de la mise en intrigue tragique consistait en nouer et dénouer. Desis et lysis. Les Modernes ont conservé ce mot dans le mot psychanalysis .

Pour le mot psychanalysis , il s’agit de dénouer le mauvais rêve répétitif où s’est enfermée la vie d’un homme dans une succession de scènes déplaisantes et contraignantes.

Toute souffrance est un rêve mal écrit.

[…] une souffrance, en criant vengeance, n’appelle rien d’autre qu’un récit.

Pascal Quignard. Réthorique spéculative.

Nous devons bien nous rendre compte que la nécessité de faire des emprunts à la science biologique a considérablement accru le degré d’incertitude de notre spéculation.

La biologie est vraiment un domaine aux possibilités illimitées : nous devons nous attendre à recevoir d’elle les lumières les plus surprenantes et nous ne pouvons pas deviner quelles réponses elle donnerait dans quelques décennies aux questions que nous lui posons.

Il s’agira peut-être de réponses telles qu’elles feront s’écrouler tout l’édifice artificiel de nos hypothèses.

Sigmund Freud. Au delà du principe de plaisir.

Agenda :

Samedi 6 octobre, à Montpellier,de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h00

Vous êtes invités à participer à laRéflexion publique autour de l’accompagnement des personnes en fin de vie.

La mission, présidée par le Pr Didier Sicard, recueillera vos avis et questions

à la Salle des rencontres, Hôtel de Ville,

1, Place Georges Frêche, Montpellier

Mardi 9 octobre, à Paris,

de 19h à 21h : « Les Battements du Temps » Rencontres transdisciplinaires du Centre d’Études du Vivant,

Université Paris Diderot, Institut des Humanités de Paris.

« Vivre avec les bêtes »

par Elisabeth de Fontenay , philosophe.

A l’Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion - 75013 Paris.

RER C /M° ligne 14 - Bibliothèque François Mitterrand ; Bus : 62, 64, 89, 132, 325.

Entrée libre (réservation conseillée par e-mail : Y2VudHJlX2V0dWRlc19kdV92aXZhbnRAdW5pdi1wYXJpcy1kaWRlcm90LmZy ).

Illustration musicale :

Générique : RATATAT - neckbrace / Malik Lardjane - Espoir céleste / Cliff Martinez - Don't blow it / Matthiew Basson - Cobbled paths / Max Cooper - Au revoir madame / Malik Lardjane - Julie / Justin Robinson - Hind Heit / A horse Called Horse - Chairkitten Mraow / Cliff Martinez - I'm sick / Myguk - epilogue / Erik Satie - Gnossienne n°3 / Anthony Pateras - Cellular Cloud / Zbigniew Preisner - Fairytale / Daniel Lanois & Brian Eno - Sirens / Malik Lardjane - Cham & Sem / Cake - Walzing Gast / Max Cooper - Hiatus third / Uton - Syvä Syke / Uton - Dealing with the Moonlight / Justin Cais - Hubris / Justin Robinson - Keinahnung

Mots-clés :
Nous contacter

(ré)écouter Sur les épaules de Darwin Voir les autres diffusions de l'émission

Déluges

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.