Les routes de la musique tout l'été André Manoukian. Ce matin, des découvertes animées dans des grottes et la naissance de la flûte...

Homme préhistorique jouant de la flûte, tableau de Konstantin Pavlovich Kuznetsov
Homme préhistorique jouant de la flûte, tableau de Konstantin Pavlovich Kuznetsov © AFP / Leemage

Le plus vieux dessin animé du monde a trente cinq mille ans.

On l'a découvert dans une caverne du Pays basque, la grotte d'Isturits. Nous avons vu que les peintures rupestres étaient situées dans des endroits qui résonnaient. Il y avait donc l'image et le son dans les cavernes, mais les travaux sont d'un préhistorien sont encore plus étonnants.

Marc Azéma, l'un des rares chercheurs ayant eu la chance de travailler à la grotte Chauvet, note que certains bisons ne sont pas représentés avec quatre pattes, mais huit et certains chevaux en ont douze. Il en déduit que ces animaux sont représentés superposés dans différentes phases d'un mouvement de galop. 

Si l'on isole chaque phase, qu'on la dessine et qu'on projette ces phases les unes derrière les autres, le cheval se met à galoper et l'on obtient le premier dessin animé de l'histoire, vieux de trente cinq mille ans ! 

Nos ancêtres avaient reconstitué le mouvement d'une manière encore plus simple. Sur une plaquette de grès découverte dans la grotte d'Isturits au Pays basque français, Marc Azéma a reconnu l'image d'un renne représenté de part et d'autre de la plaquette.  

Sur une face, ses pattes sont raides et sur l'autre, elles sont fléchies. C'est son ami Florent Rivère, expert en techniques préhistoriques, qui lui montre qu'en faisant tourner la plaquette sur elle-même très rapidement, le renne se met en mouvement. 

Les représentations de cette grotte étaient le support d'un récit ou d'une cérémonie dans laquelle la musique prenait une part importante. Il s'agissait de rentrer en communication avec l'esprit de l'animal pour lui demander que la chasse soit fructueuse.

Le mimétisme de la communication sonore était tellement poussé que l'on s'adressait à l'animal avec un son émis par une partie de lui-même. 

Le plus vieil instrument de musique qui nous est parvenu à ce jour date de 45.000 ans

C'est une flûte à quatre trous en os de mammouth découverte dans le sud de l'Allemagne, dans la grotte de Geißenklösterleen. En français, le cloître des Chèvres.

Mais qui a donné à l'homme l'idée de faire des trous dans un os afin de le transformer en flûte ?

C'est le loup. Sur des fossiles de phalanges de rennes, on a retrouvé des trous d'abord causés par des morsures de loup, puis ensuite, qui ont été travaillées et élargies avec un outil. Voilà comment nos paléo-musiciens ont fabriqué les premiers sifflets. Le sifflets pendant la chasse permet de se situer les uns par rapport aux autres, mais il permet aussi de servir d'apeau. 

Une expérience incroyable vient d'être réalisée dans le nord de la Suède

Des hommes approchant des rennes ont sifflé tout près d'eux dans des phalanges de rennes. Contre toute attente, non seulement les rennes ne se sont pas enfuis, mais plusieurs se sont endormis instantanément. L'instrument de musique est donc un moyen de communiquer avec l'animal. 

Parmi les instruments paléolithiques, le rhombe reprend cette technique d'imitation sonore. Il s'agit d'un lasso lesté avec une pièce en corne de bison taillée dans une forme oblongue, fixée à une courbe par un trou à son extrémité.

Le mouvement circulaire du lasso engendre un autre mouvement de la pièce sculptée autour de son axe, à la manière de la terre qui tourne à la fois autour du soleil et autour de son axe.

Cette double rotation produit un vrombissement qui prend de plus en plus de puissance à mesure que l'on tourne le lasso et on obtient un son très proche du grognement sourd des bisons que l'on attrapait avec ce même lasso. 

Cet instrument sonore typique d'une chasse ancestrale existent toujours

Il s'agit du Bullroarer chez les aborigènes d'Australie. En français, mugissement de taureau ou des Bolas chez les gauchos les gars de la pampa argentine. Trois boules lestées qui s'enroulent autour des pattes du bétail que l'on veut capturer. Les Bullroarers aborigènes et les bolas des Argentins ont la même fonction. 

On va faire de la musique avec. Les bolas vont donner une danse en même temps qu'une pratique musicale, c'est par la musique et par la danse que s'établit la connexion sonore entre le chasseur et l'animal. 

Les invités