Ce matin l'expérience de Iégor Reznikoff : où l'on va va apprendre que nos ancêtres Cro-Magnon n'ont pas attendu Jean-Michel Jarre pour faire du son et lumière dans leur caverne !

Du rock dans la caverne ? Ici la grotte de Niaux
Du rock dans la caverne ? Ici la grotte de Niaux © Getty / Tuul & Bruno Morandi

Qui, enfant, n'a jamais joué avec l'écho d'une grotte ou d'une falaise ? Ce son nous rassure, car il nous renseigne sur la présence de l'autre. L'ami est sonore, l'ennemi est silencieux pour surprendre sa proie.

Lorsqu'on investit un lieu aussitôt, on a envie, pour se rassurer, de tester l'espace sonore. En tout cas, c'est ce qu'a fait Iégor Reznikoff toute sa vie. A l'âge de 20 ans, ce mathématicien inventa un théorème qui porte aujourd'hui son nom. 

Mais la nature fut généreuse avec lui, et elle lui donna en plus une solide voix de basse. Et ses origines russes vont l'entraîner naturellement vers les splendeurs des chœurs orthodoxes et du chant grégorien. 

Un jour qu'il se promène en Bourgogne, il entre dans la basilique de Vézelay, chef d'œuvre d'architecture romane du XIIe siècle

Tout l'enchante, sauf ce qu'il entend. Un curé donne une messe et il chante faux comme un jambon un chant d'une tristesse abyssale. 

Ce choc esthétique va déclencher chez notre chercheur chanteur l'envie de partir à la recherche des chants anciens pour être au moins raccord avec la bande-son de l'époque.

Il va exhumer des partitions grégoriennes des IXe et Xe siècles qui sont écrites en neumatique, la notation d'avant le solfège, restituant ainsi un répertoire de toute beauté. 

Mais voilà que pendant cette messe, encore pour tromper son ennui, il observait le plafond, les murs et les voûtes.

Et soudain, il prend conscience que l'acoustique a été particulièrement travaillée dans cette église. 

Mais pas seulement à Vézelay, dans toutes les églises qu'il a visitées. Désormais, Iegor repère des trous dans les murs qui font fonction de bass-trap : des pièces de basse que l'on retrouve dans les studios d'enregistrement les plus sophistiqués. 

Elles évacuent les fréquences qui entrent en résonance et pourraient gâcher la spiritualité d'un chant pour peu que le curé chante juste. 

Après cette expérience, Iégor décide de tester l'acoustique de tous les lieux qu'il visite

A force de faire résonner sa voix de stentor russe dans les lieux saints, le préhistorien Michel Dongeois, un jour, lui propose de passer de la basilique romane à la caverne paléolithique. 

Entre 1983 et 1985, Iégor Reznikoff va étudier en Ariège les grottes du Portel, de Fontanet et de Niaux.

Et voilà qu'il se rend compte d'un fait étrange : les pièces les plus résonnantes sont celles qui sont ornées de peintures. Dans les pièces qui ne sonnent pas, il n'y a rien, pas même un graffiti. 

De plus, il a repéré des points rouges tous les deux mètres dans une sorte de boyau dont la signification reste un mystère. Il s'approche d'un point rouge et crie. Ce cri, rebondit sur chaque bouche pour aller au bout du goulet. Iégor se rend à l'évidence : 

Non seulement les anciens choisissaient les emplacements de leurs peintures en fonction de la résonance acoustique, mais de plus les fréquences guidait le choix des animaux représentés. 

Un endroit qui résonnait de basses fréquences se voyait attribuer des représentations d'aurochs, de mammouths, de bisons... Un endroit qui résonnait de fréquences plus aiguës se voyait décoré d'oiseaux, ou d'antilopes. 

Ainsi, ces grottes rupestres étaient des lieux de culte où l'on faisait des incantations aux esprits des animaux dans une éthique chamanique : "Je prends ton énergie vitale et je te remercie avant de te manger". 

Hélas, en France, les études archéo-acoustiques du mathématicien musicien pythagorisme ancien orthodoxe Iégor Reznikoff ne sont pas prises au sérieux. L'accès aux grottes de Lascaux et à Chauvet lui sont refusés sous prétexte que des recherches plus académiques sont prioritaires, alors que ses travaux font autorité chez les Anglo-Saxons. Décidément, nous ne sommes pas un peuple de musique. Rousseau avait-il raison ? 

Les invités