Jean d'Ormesson
Jean d'Ormesson © CC by sa de-cholet

Je a n d'Ormesson

Né le 16 juin 1928, Jean d'Ormesson est normalien et agrégé de philosophie. Romancier, hommes de lettres et chroniqueur, il est membre de l'Académie Française.

Il a écrit notamment Au plaisir de Dieu, Histoire du Juif errant, La Douane de mer, Voyez comme on danse, C'était bien et Qu'ai-je donc fait . En 1971, il remporte le Grand Prix du roman de l'Académie française pour La Gloire de l'Empire et, deux ans plus tard, est élu sous la Coupole.

Il nous parle du temps qui lui reste… Rencontre sans détour avec Jean d’Ormesson, le plus espiègle des écrivains français

Ses livres:

  • C'est l'amour que nous aimons

préface de Marc LambronParu le 8 mars 2012 Editeur R. Laffont

Pour redécouvrir l'académicien J. d'Ormesson dans ses premiers romans, dans un texte autobiographique et dans sa trilogie tirée de la vie des soeurs Mitford. La préface de Marc Lambron aide notamment à aborder cet auteur consacré.Les romans d'amour de Jean d'Ormesson, ici réunis pour la première fois, relèvent de la veine sentimentale qui marqua son entrée en littérature. Ce volume, qu'ouvre une préface de Marc Lambron, rassemble les deux premiers romans de l'auteur : L'amour est un plaisir et Un amour pour rien, un de ses meilleurs textes autobiographiques : Au revoir et merci, ainsi que sa trilogie inspirée par l'histoire des soeurs Mitford : Le Vent du soir, Tous les hommes en sont fous et Le Bonheur à San Miniato.Les deux premiers récits ont le charme à la fois enivrant et désenchanté des années 1950. Jean d'Ormesson y invente sa partition personnelle, avec ce mélange de lucidité, de légèreté et d'allégresse qui fait toute la singularité de son style et de son univers. Ses thèmes de prédilection sont déjà là : quête éperdue du bonheur et insatiable besoin d'évasion, culte du soleil, des voitures et des bains de mer ; mais il faudra attendre 1966 et la parution d'Au revoir et merci pour découvrir l'auteur caché derrière les personnages. À quarante et un ans, Jean d'Ormesson y parle très librement de lui, de ses origines, de sa famille, de ses goûts, de ses opinions, tout en feignant de prendre congé d'une carrière littéraire encore incertaine.C'est un auteur largement consacré qui se lance, vingt ans plus tard, dans l'écriture d'une trilogie romanesque dont Marc Lambron résume ainsi l'ambition : «Récapituler des fragments de l'histoire du monde à partir des méditations d'un esprit qui les rêve.» Conchita Romero, Rosita Finkelstein, Nadia Wronski, les soeurs O'Shaughnessy, forment une sorte de famille universelle perdue dans la tumultueuse et tragique histoire du siècle. Jean d'Ormesson remporte ici avec brio son pari : «Ressusciter, sûrement pour mon plaisir - frappé d'un peu de mélancolie - et peut-être pour le vôtre, tout un monde évanoui qui s'agite encore en moi.»

  • Saveur du temps : chroniques du temps qui passe

Paru le 21 octobre 2010 Editeur Pocket

Ces chroniques révèlent la passion de J. d'Ormesson pour les livres et les auteurs. Elles rendent hommage aux grandes figures de l'histoire littéraire telles que Chateaubriand, M. Yourcenar, F. Mauriac, A. Camus. Aux traits d'humeur philosophiques, s'ajoutent des coups de coeur et des réflexions sur l'actualité culturelle parisienne.«La culture n'est ni un exercice d'archives, ni une affectation de sérieux, ni une invitation à suivre des sentiers fléchés d'avance, avec obligation de rire là et d'admirer ici. C'est d'abord un plaisir. À chacun de le prendre où il veut.»À la manière d'un cabinet de curiosités, Saveur du temps rassemble des chroniques qui s'étendent de 1948 à aujourd'hui. Coups de coeur ou de griffes, panégyriques et traits d'humeur : c'est, avec ici ou là un rien d'inquiétude, un livre de ravissement et d'admiration.Portrait de notre société, éloge des géants (de Plutarque à Soljenitsyne), mais aussi clin d'oeil affectueux au sempiternel héros de l'enfance, Arsène Lupin, ou à la renversante Édith Piaf, ces textes continuent, quarante, voire cinquante ans après leur première publication, de nous transporter tout à la fois hors du temps et au coeur de notre temps. Et de nous communiquer l'émerveillement de son auteur.

  • C'est une chose étrange à la fin que le monde

Paru le 6 octobre 2011 Editeur Pocket

Réflexion de l'écrivain sur deux des principales interrogations de l'homme : l'existence de Dieu et le devenir de l'homme après la mort.«Un beau matin de juillet, je me suis demandé d'où nous venions, où nous allions et ce que nous faisions sur cette terre ? Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ?»Jean d'Ormesson aime les voyages, les bains de mer, les livres, tous les plaisirs de l'existence. Il s'interroge aussi sur le mystère de nos destinées et il esquisse le roman de la vie, de l'Histoire, de l'idée de Dieu. Il nous parle avec simplicité et gaieté et il nous propose quelques recettes d'espérance et de bonheur.

__

  • La conversation

Paru le 22 septembre 2011 Distributeur Interforum Editeur Ed. Héloïse d'OrmessonL'histoire offre des moments où elle semble hésiter avant de prendre son élan : Alexandre le Grand à la tête des phalanges à l'instant d'attaquer l'Empire perse aux ressources inépuisables ; Hannibal quand il décide de passer les Alpes avec ses éléphants pour frapper Rome ; César, l'exemple le plus célèbre, sur les bords du Rubicon ; le général de Gaulle à Bordeaux, à l'aube du 17 juin 1940.

«L'instant où Bonaparte, adulé par les Français qu'il a tirés de l'abîme, décide de devenir empereur.»Un soir de l'hiver 1803-1804, aux Tuileries. Une conversation imaginaire entre Bonaparte et son deuxième consul, Jean-Jacques Régis de Cambacérès, celui à qui il ne cache rien et demande tout. Au comble de la tension entre l'esprit révolutionnaire et l'avidité de puissance, le vainqueur d'Arcole tente de rallier son complice à ses convictions. Une seule volonté anime le héros républicain : bâtir sa légende de son vivant. L'empire, va-t-il démontrer avec éloquence, c'est la république qui monte sur le trône.Jean d'Ormesson saisit l'ambition au moment où elle se change en histoire, le rêve sur le point de devenir réalité.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.