Annette Wieviorka

annette wieviorka
annette wieviorka © Radio France

Le monde n’est peut-être pas plus violent qu’avant mais avec les nouvelles technologies, difficile d’échapper à la souffrance des autres… Quel poids les images de guerre, les récits terribles du quotidien, exercent-ils sur nos consciences ? Eléments de réponse avec Annette Wieviorka, historienne de la seconde guerre mondiale, qui évoque dans un entretien paru chez Albin Michel, sa quête « d’exactitude » sur les grands évènements de notre temps…

livre vwievorka
livre vwievorka © Radio France

L'heure d'exactitude : histoire, mémoire, témoignage : entretiens avec Séverine NikelAnnette Wieviorka Paru le 12 octobre 2011 Editeur Albin Michel

Enquête sur le parcours et les publications qui ont jalonné la carrière de l'historienne Annette Wieviorka, spécialiste de la Shoah, du communisme, et son rapport à l'identité juive. Ces entretiens dressent aussi un panorama de l'historiographie de la mémoire du génocide.Annette Wieviorka a vécu cette expérience rare pour un chercheur de voir son objet d'étude - la mémoire du génocide des Juifs - passionner le grand public, les journalistes, les hommes politiques. Depuis la publication de sa thèse, Déportation et génocide, en 1992, elle a été partie prenante de tous les débats et a participé à la mission Mattéoli sur la spoliation des Juifs de France ainsi qu'au soixantième anniversaire de l'ouverture des camps d'Auschwitz.Pourquoi la « mémoire de la Shoah », le « devoir de mémoire » et le « témoin » tiennent-ils la place qu'ils occupent aujourd'hui dans nos sociétés ? Quel sens cela a-t-il et quels malentendus se sont installés ? Que faut-il transmettre aux générations futures ? Ce sont quelques-unes des questions posées au fil de ce dialogue, qui retrace un itinéraire intellectuel singulier, placé sous le signe de la liberté de pensée, et dont les grandes préoccupations puisent du côté des interrogations les plus douloureuses et les plus controversées du XXe siècle.

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.