Bonjour habitant du siècle numéro-vingt-et-un !

« Bonne année, bonne santé », venons-nous de nous souhaiter collégialement, mutuellement et à qui mieux mieux, dans les vapeurs épaisses d’alcools variés, de foie gras, de confettis et de chapon farci à la graisse d’oie.

« Ah oui, surtout la santé », ont répondu les vieux, qui savent de quoi ils causent, car la santé – t’as remarqué ? – c’est important : essaie de passer une bonne année avec un cancer généralisé, c’est beaucoup plus difficile que sans.

__

Oooor, je vais pas me plaindre, tu me connais, c’est pas mon genre, habitant du siècle numéro vingt et un, néanmoins, si tu insistes, tu peux me plaindre, toi, car il se trouve que, depuis un certain temps, eeeh oui, je souffre d’une sorte de pet de travers. Le genre de désagrément qui ne passe pas, tout en n’ayant pas même l’avantage de te valoir un agréable congé maladie..."

© Muriel Gilbert

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.