Bonjour habitant du siècle numéro vingt et un !

Habitant du siècle numéro vingt et un, il me faut ton avis avisé. Voilà. J’ai toujours souffert de ramassite chronique mais je me demande si ce n’est pas en train d’empirer. C’était hier :

- Tu le manges pas, ton sucre ?

- Euh… nan.

- Ça t’embête pas si je le prends ?

sachet de sucre
sachet de sucre © ephemeron

Ma Nadia, un rien surprise, dit que bien sûr que non, mais dans son regard qui suit ma main avec exorbitement, je lis qu’heureusement qu’on se connaît depuis environ mathusalem. Tant pis. Je me saisis du précieux sachet bleu posé sur le bord de sa tasse à café et l’empoche avec une satisfaction que je dissimule difficilement.

Eh oui. T’as remarqué ? Je peux pas m’en empêcher, je ramasse tous les petits trucs qui traînent. Mon côté vert-développement-durable. Enfin, c’est ce que je me plaisais à penser jusqu’ici. Mais est-ce que c’est aussi bénin ? Par exemple, impossible d’abandonner à l’hôtel les jolies petites bouteilles d’échantillons de shampooing ou sur le plateau-repas en plastoc que vient de me servir l’hôtesse de l’air la lingette nettoyante (et le sucre en poudre) si je ne m’en suis pas servie. Pour que ça finisse à la poubelle ? T’es pas un peu marteau ? Avec ce joli emballage aux couleurs d’Air Portugal ? Direct in ze pocket, sous le regard goguenardo-honteux de mon Jicé.

__

Niveau sucre, c’est depuis que j’ai arrêté d’en prendre dans le café que c’est devenu critique...

Par Muriel Gilbert

Le Blog de Muriel Gilbert >

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.