Bonjour habitant du siècle numéro vingt et un !

C’est que nous allons parler nichons, nénés, roberts, doudounes, lolos, nibards : nan mais t’as remarqué le nombre de mots qui existent pour causer seins ? Gougouttes, roploplos, giron, mamelles, poitrail, poitrine, buste, avantages, gorge, balcon, œufs au plat, pare-chocs : c’est simple, yen a presque autant que pour le pognon, l’artiche, l’oseille, bref l’argent quoi.

C’est prodigieux ce qu’Homo sapiens se passionne pour la mamelle. Un vieux restant de cet instinct de survie qui le pousse, à peine sorti du ventre maternel, à ramper jusqu’au casse-croûte ?

Au premier abord, pourtant, il semble avant tout masculin, l’enthousiasme pour ce que Le Petit Larousse définit comme un « organe pair très développé situé à la partie antérieure du thorax chez la femme ».

© Muriel Gilbert

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.