Bonjour habitant du siècle numéro vingt et un !

« Le siècle numéro vingt et un sera religieux ou ne sera pas », avait dit en substance un gars qui – t’as remarqué ? – n’avait pas tort. Ce qui ne l’empêche pas d’être entièrement mort aujourd’hui, comme quoi, avoir raison, est-ce bien utile.

Personnellement, ça ne fait pas mon affaire, cette histoire, car je souffre d’un sévère handicap du culte. Aussi loin que je me souvienne, depuis les temps antédiluviens où j’aurais pourtant bien aimé être photographiée comme ma cousine en robe blanche de communiante, qu’avec un peu d’imagination on dirait une robe de princesse, les églises m’ont toujours collé la chair de poule. L’odeur de moisi poussiéreux mêlé d’encens refroidi, la température glaciale, l’obscurité, le silence… pour moi, c’est un genre de caveau avant l’heure avec comte Dracula plus ou moins en option.

Si ça se trouve, c’est à cause de mon baptême......"

© Muriel Gilbert

Documentaire "Sept ans de réflexion" - Réalisation : Ariel Camacho / Coproduction AGAT Films & cie /France 3 Provence-Alpes & Côte d’Azur

__

Réalisé sur une durée de dix ans, ce film raconte le destin de Stefano Cascio. En 2001, ce jeune homme de 23 ans s’engage sur la voie de la prêtrise. L’Eglise entre brutalement dans cette famille franco-italienne, confrontant une mère et son fils à un engagement radical et peu commun dans notre société. De la petite église de la Colle-sur-Loup, où tout a commencé, jusqu’à la Basilique Saint-Pierre au Vatican, où il a été ordonné, Stefano a entrepris un long chemin jalonné de surprises. Où les certitudes des débuts ont parfois vacillé au gré des évènements vers le sacerdoce. Malgré sa foi inébranlable, personne, pas même lui, ne pouvait imaginer sa propre histoire. Année après année, mois après mois, le film suit ce cheminement éclairé par les confidences d’un fils et d’une mère, animés par leurs propres convictions.

« 7 ans de conviction »
« 7 ans de conviction » © Stefano Cascio - France 3
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.