Tanguy, nous sommes le 1er janvier, bonne année, mon petit lapin !

Merci, bonne année à vous aussi, mon gros loup, même si ça ne sert à rien de vous la souhaiter parce que chacune de vos années ressemble à la précédente, consacrée à 100% à l'écriture de chroniques, qui feront dire à vos fans "il n'a pas l'air comme ça quand on voit sa tête, mais en fait il est très drôle". 

Et puis, ça ne sert à rien de se dire bonne année car l'humanité court à sa perte, émanations de C02, fin des espèces, l'été à Mâcon on tape des 38 degrés, avec des conséquences terribles, les gens portent des pantacourts, on est cuits, je pense qu'on n'ira pas jusqu'à 2020. 

Par conséquent, il faut kiffer, comme disent les jeunes, ces êtres répugnants qui ne nous écoutent pas parce qu'hier ils se sont mis une pile et sont encore en train de pioncer dans leur vomi. Il faut en profiter, croquer la vie à pleines dents, 132 si on est le prince William, 3 dans un verre si on est Edouard Balladur, faut vivre comme si chaque instant était un diadème bien calé au-dessus de la magnifique chetron de Miss France. 

Donc les bonnes résolutions, cette année, sont annulées, on n'a plus le temps. Si par exemple vous avez décidé d'arrêter de fumer aujourd'hui, n'arrêtez pas, c'est super, déjà quand on fume on parle moins, vous collez une clope à Fabrice Luchini, il a juste le temps de parler de son film et pas de se mettre à hurler en plein JT "comment elle va la Delahousse, c'est énorme", et puis l'haleine du fumeur repousse les gens autour, mettre la langue là-dedans, c'est comme lécher un trou de taupe, donc si vous fumez vous resterez seul, et vous pourrez vous promener nu dans votre appart, sans conjoint pour vous juger, on est toujours plus libre seul, regardez François Bayrou, il peut faire ce qu'il veut, il peut faire du kite-surf dans un champ avec un slip en dentelle, tout le monde s'en fout.

Autre résolution qui ne tient plus, perdre des kilos, ça ne sert à rien, la vie est trop courte pour se priver, au contraire, il faut bouffer, il fait comment, Depardieu, tout ce qui passe il l'avale, un gâteau il l'avale, un gigot il l'avale, un pneu de bagnole il l'avale, vous le laissez faire, au bout d'un an la moitié du pays est en lui. Et c'est un jouisseur, il n'est pas là à compter ses graines de boulgour avec un boulier comme Aymeric Caron, il s'éclate, parfois à Moscou, Poutine lui sert 20 kilos de bidoche, Depardieu dit "mhh, c'est bon, c'est quoi ?", l'autre répond "du veau", et en fait en cuisine les mecs sont en train de découper des journalistes en disant "on adore décortiquer la presse".

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.