Pour Tanguy, la vie est sordide...

Prenez le 1er mai, il n’y a rien de plus triste que le 1er mai, cette fête où on achète des fleurs puantes à des enfants qui le reste de l’année refusent les bonbons que les adultes leur donnent gratuitement, parce que les enfants ne pensent qu’à l’argent. Le 1er mai, des leaders syndicaux sales défilent dans des vestes rapiécées en bouffant dans du pain des bouts d’animaux morts à cause de la gauche. C’est pour ça que le bœuf est de droite, et le mouton d’ailleurs, islamophobe. Et tous les 1er mai, c’est le même topo, quelle routine ! Sauf cette année, mes loulous, là Philippe Martinez de la CGT est chez lui, Jean-Luc Mélenchon hurle seul dans sa salle d’eau, et se lisse son début de catogan, ça ressemble à un bouquin atroce de Kafka où un mec progressivement se transformerait en Francis Lalanne. Le confinement est en train de nous bousculer dans nos habitudes, ça fait du bien, regardez Marina Rollman, si charismatique en studio, bah ça fait 6 semaines qu’elle moisit dans sa piaule en T-shirt Snoopy, quand on va la récupérer, sa différence physique d’avec Albert Algoud ne sera pas si énorme.

Il faut voir le côté positif des crises, le Covid-19 nous débarrasse de Roland-Garros, ce tournoi qui ne sert qu’à humilier les tennismen français, on ne gagne jamais en France, alors qu’à l’étranger… bon bah, on ne gagne pas non plus, mais c’est à l’étranger. Chaque année c’est Nadal qui l’emporte, routine, il a 14 coupes, pour les exposer, il a dû se faire construire une cheminée de 20 m de long, à Noël, le Père Noël peut faire passer dedans les rênes, les lutins, sa femme. Ça va parce qu’ils sont blancs, mais sinon on aurait l’impression que le Droit au Logement a tenté une action.

La Fête de la Musique, routine, la France mérite mieux que des reprises de Christine & The Queens à la flûte à bec, ça va sauter, tant mieux. Personne n’a envie de voir son enfant en polo blanc chanter dans une chorale, à part Bruno Retailleau quand il est ivre, c’est-à-dire quand il a pris une tisane un peu forte pour tremper sa madeleine. Et les vacances d’été, ce long laps de temps dédié aux tongs et à la fornication, alors que l’un devrait théoriquement entrainer l’annulation de l’autre ? Routine. Et bien ils vont nous mettre une limitation de déplacement, on restera dans son département, François Hollande sera en Corrèze, on mettra des barrières autour de Tulle, puis on lui lancera du pain en disant « oh, regardez, un socialiste ».

Vous vous rendez compte, chaque année est exactement la même que la précédente. La fête des mères, routine, si tu aimes ta mère, petit crétin, ose dire à l’école « dites donc, les boloss, maman c’est une princesse, je lui fais pas des boucles d’oreilles avec les portions de Vache qui Rit périmées de la cantine ». Nos mères valent mieux que ça, nos mères, c’est Beyoncé. La Saint-Valentin, pareil, quelle routine, ces plans à 2, ou à 7-8 pour les polygames, avec des ballons en cœur, vous n’en avez pas marre, de ces clichés ? Le cœur, c’est au début, mais après 10 ans en couple, quand on va au resto, c’est pas pour se séduire, c’est pour manger, à quand des ballons en forme de colon ? D’intestin grêle ? De toilettes à la turque ? Là, ce serait réaliste.

Le coronavirus, c’est l’occasion d’exploser notre train-train, Nagui, barrons-nous sur Europe 1, ras-le-bol de la routine. Et pas en septembre, le 12 janvier. Quittez votre épouse, tentez des trucs avec les mecs, faites-là, cette overdose à Goa ! Allez, bon 1er mai à tous, avec Philippe Martinez chez lui, pour une fois que cette fête est un peu élégante.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.