Oui, Monsieur Patate nous a quittés. Le choc a été total dans la France cis-genre, sur RMC, Apolline de Malherbe, la Louise Michel des patates, a même poussé un coup de gueule... Explications de Tanguy Pastureau.

Voilà, c’est fini. Il nous laisse tous orphelins, j’ai envie de chialer ma mère et les trois générations qui l’ont précédée : oui, il nous a quittés, Monsieur Patate. R.I.P M. Patate, 1952-2021, le choc a été total dans la France cis-genre, sur RMC, Apolline de Malherbe, la Louise Michel des patates, a même poussé un coup de gueule, parce que, j’explique, Hasbro, la marque qui vend le jouet M. Patate, a décidé de dégenrer M. Patate, qui désormais s’appelle Patate. Et ça Apolline de Malherbe l’a mal vécu, autant les ouighours stérilisés de force en Chine, on l’a pas trop entendue, autant M. Patate, on a senti que c’était son combat. Si en plus Vico décide de dégenrer le mot chips, elle va faire un burn-out. Elle s’est écriée, je cite « en quoi M. Patate posait problème ? J’ai joué à M. Patate », sous-entendu, « ça ne m’a pas posé de problème d’identité, la fois où j’ai fait du camping, à 7 ans, sur la propriété de mon aïeul Bertrand-Charles de Malherbe, dans les fougères, j’ai pissé assise ». Et là, elle ajoute « et qu’est-ce qu’on va faire avec les Monsieur/Madame, moi j’en lis tous les soirs, des Monsieur/Madame, je trouve ça merveilleux », alors j’espère qu’elle a des gosses, sinon c’est qu’elle est un peu con. Moi les Monsieur/Madame, j’ai arrêté l’an dernier, 3 ans ½ de France Inter, ça m’a bodybuildé le cortex cérébral, je suis passé à Petit Ours Brun maintenant. Et je vais vous dire, je comprends la colère d’Apolline de Malherbe, la Martin Luther King des patates, moi M. Patate, je n’y ai pas joué, j’ai grandi en Bretagne, donc je jouais avec de vrais légumes, j’en avais rien à faire. Mais si la SICA de Saint-Pol de Léon, la coopérative légumière du 2.9, venait me dire qu’on dégenrait le chou-fleur, je serais furieux, je leur dirais « il faudra me passer sur le corps », ils répondraient « OK, volontiers, H24 on trie des choux fleurs, VDM, alors pourquoi pas une petite pause câlin ? ». 

Alors attention, c’est juste le nom M. Patate qui change sur la boîte, M. et Mme Patate restent commercialisés, je dis ça pour la Manif pour Tous, qu’ils ne déboulent pas devant King Jouet en criant « un papa patate, une maman patate ». Seulement Hasbro, le fabricant, a voulu un jouet inclusif, certains enfants ne se reconnaissaient pas dans le personnage de M. Patate, ce qui parait logique parce que c’est une patate. On reconnait un gosse qui s’identifie à une patate au fait que quand il passe devant un Quick il accélère le pas en criant « génocide ! Vous êtes les gratins dauphinois William Saurin du XXIème siècle ! ». Bref, M. et Mme Patate seront toujours là, les darons de la pomme de terre, mais en plus, Hasbro va lancer une patate non-genrée, pour, je les cite, « que tout le monde se sente le bienvenu dans le monde des têtes de patates », c’est-à-dire que l’acceptation de l’autre passe par la patate, quand je pense aux gens qui en 84 ont lancé SOS Racisme alors qu’il suffisait de faire une patate avec la tête de Smaïn, tous ces concerts de Bernard Lavillers qu’on aurait pu ne pas se taper, c’est quand même rageant. Alors, j’ai regardé, Hasbro vend aussi "My Little Pony", ce sont des petits poneys licornes tout roses pour fillettes, donc genrés à mort, il n’y a pas un seul poney mâle, avec un sexe énorme et turgescent qui se balance entre les flancs de la bête, donc je constate qu’il n’y a que le genre masculin qui trinque. Il a bon dos, M. Patate, comme dira Apolline de Malherbe dans un message à la nation quand elle sera réfugiée à Londres. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés