Tanguy, est-ce que vous profitez de ce confinement pour vous améliorer ?

Non, Nagui, j’ai renoncé très tôt à progresser, c’était en 3ème section de maternelle, j’avais raté ma maison en gommettes, la maitresse m’a dit « mais Tanguy, pourquoi avoir mis 3000 gommettes, tu as fait un F16 avec 2 garages », j’ai répondu « oui, c’est la maison de Nagui, vous le connaissez pas, mais dans 30 ans, ce sera une star », elle ne m’a pas cru, et là j’ai douté du bien-fondé de notre système scolaire. 

Toute notre vie, il faut apprendre, progresser, être un battant, un esprit sain dans un corps sain, mais si moi j’ai envie d’avoir le mental de Jean-Pierre Bacri dans l’enveloppe corporelle d’un bac à compost, c’est mon droit. Ces injonctions sociales à être parfait, ça aurait pu s’arrêter pendant le confinement par exemple, un ou deux mois à bouffer des chips, boire de la Jeanlain en se grattant les glaouis, relire les Schtroumpfs et le Cracoucass en regardant son torse devenir comme celui de Michel Houellebecq, c’est un petit plaisir qu’on n’aura qu’une seule fois dans une vie. Et bah non, là aussi, il faut que tous les winners viennent nous faire la leçon.

Il ne se passe pas une heure sans qu’un blogueur à la con nous dise de faire du sport, j’ai vu 300 vidéos de types en legin en train de faire du gainage, ils n’en avaient jamais fait avant, donc en 30 secondes ils se pètent les 2 bras les 2 jambes, ensuite on les ramasse et on les envoie par Fedex à l’aquarium de La Rochelle, dans le bassin des invertébrés ils finissent, étoiles de mer, oursins, Sébastien. 

Le gainage, c’est aussi basique qu’une conversation avec Enora Malagré, vous faites la planche, vous levez les bras, les cuisses, vous tenez le plus de temps possible, la 1ère fois, en général, c’est le colon qui lâche, il faut vous changer. Après les gens vous disent « ça te va, le sport, tu as maigri », ah bah oui, un jour où j’ai forcé, sont sortis de mon corps mes intestins, mon foie et le poumon droit, si j’ai le Covid, ce sera un demi-Covid, bien sûr, j’ai maigri, coco.

Hier, je mangeais des chips, comme d’habitude, quand soudain, je reçois la newsletter de Gala, je me suis abonné en jour de déprime où j’avais besoin de voir un reportage sur Stéphane Bern en train de lancer la baballe à Louis 18, son chien, dans le Perche. Newsletter spéciale yoga, pour être zen dans sa tête, comme ça, avec le gainage, on a de belles fesses, mais en août à la Baule, quand un vieux de la gauche caviar nous mettra une main, on pourra crier « arrêtez, Jean-Eric, je ne suis pas qu’un physique ». 

On appelle ça le bien-être en confinement, mais ça n’existe pas, on n’est pas bien, confiné, regardez les hamsters, ils le sont, ils deviennent fous, ils se mettent à courir dans une roue, même chez Point S ils font ça. Ils font leurs besoins dans la paille, comme à l’Amour est dans le Pré quand ils ont pris des candidats trop âgés. Les hamsters sont tristes, personne n’a jamais entendu un hamster rire, contrairement à Alessandra Sublet qui elle rit, alors qu’elle est confinée avec Canteloup en train de faire Ségolène Royal. Aucun de ces êtres n’est clair dans sa tête.

Et puis combien d’articles ai-je lu sur l’importance de manger équilibré pendant le confinement, 500 ? Plus ? On vit la plus grosse crise sanitaire depuis des lustres et il y a vraiment des gens qui se disent « allez, ce soir, je n’ai pas besoin de réconfort moral, ce JT de 20h m’a bien boosté, je vais me faire des brocolis ? ». Des psychopathes, oui, qu’ils retournent dans un bouquin de Bret Easton Ellis. Bref, cessez de nous faire iech, et laissez-nous bouffer des chips étalés par terre, pas lavés avec les fringues de l’avant-veille. La win, ça suffit. Soyons juste humains, donc imparfaits.

Programmation musicale
  • CHRISTINE AND THE QUEENSPeople, I've been sad (French Radio Edit)2020
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.