Tanguy, le monde des Miss vous plait...

Oui, Daniel, je sais que tout le monde trouve ça sexiste et vieillot, de voir des petites nanas défiler en maillot de bain en tortillant du uque à gauche et à droite puis à gauche, moi quand je les regarde, j’ai le mal de mer, il y a pas une élection de Miss que j’ai matée sans avoir mon sac à vomi. Mais les Miss, ça me fait rêver, parce que c’est du sucre dans un monde qui n’est plus que cyanure fourrée dans des betteraves rouges dégueus. 

L’élection 2019 aura lieu en décembre, à Lille, comme en 2016, parce qu’une Miss sur deux élue vient de là-bas, elles plombent les finances de la ville, Martine Aubry fait la manche à l’entrée de la mairie afin de financer le cachet de Jean-Pierre Foucault, qui claque tout en ventilateur et en crème à bronzer indice super XXXL. 

Elles sont 30 candidates pour une seule couronne, mais au lieu de prendre un sécateur, la couper en 30 et refiler un bout de plastoc à chacune en leur disant « vas-y, cocotte, humecte tes lèvres en disant que tu rêves de bosser dans l’humanitaire pour rendre le ménager, c’est le mari de la ménagère, tout moite », Sylvie Tellier, la mère Thénardier au sourire froid, continue à les faire entrer en compète. 

Et du coup, au lieu de célébrer la France unie, qui se rassemble autour d’une post-ado dont les seins n’ont même pas fini de pousser, parfois elles prennent 3 bonnets entre leur élection dans le Poitou et la finale nationale, les caméras doivent dézoomer à mort sinon ça rentre pas dans le cadre, et bien on entre dans une guerre des régions vaine et ridicule.

Les 30 candidates sont déjà choisies, Miss Tahiti par exemple s’appelle Vaimalama Chavès, Mélenchon est déjà en train de voter pour elle, à grands coups de tête dans son 06, tandis qu’il hurle qu’il est sacré. Miss Provence, Aurélie Pons, a renoncé à son titre parce qu’elle a trouvé l’amour, mon dieu que c’est beau, c’est frais, il n’y a que chez les Miss qu’on arrête tout par amour, François Bayrou a tout arrêté mais pas par amour, par défaut. 

C’est donc la 2ème dauphine qui a pris la place, parce que la 1ère dauphine a décliné, les Miss c’est comme les ministres, plus personne veut le job, ils étaient à 2 doigts d’appeler Castaner, il a hésité, a commencé à se raser les jambes, puis s’est dit « j’ai jamais fait de pilates, j’ai la fesse molle, je vais me faire éclater par cette poufiasse de Miss Ardèche », et a donc choisi la place Bauveau, c’est moins bien mais c’est une porte de sortie quand on est mal gaulé. Gérard Collomb, qui était plié en 4, on ne savait plus en le reluquant où était la tête du pubis, s’y est épanoui pendant 16 mois. 

Il y a Miss Languedoc, Lola Brengues, qui a été, dit-elle, contactée sur les réseaux sociaux par le comité Miss France, ils en sont réduits à fouiner sur le net pour chercher de belles meufs, tels de vulgaires chauds du bassin, ce sont des types en slip en train de baver qui font les recherches, et après on les remet en tôle pour la suite de leur condamnation à 25 ans ferme.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.