Il y a deux repères dans la vie de Tanguy Pastureau : le printemps social qui revient chaque année et Nana Mouskouri. Cette dernière revient, à 83 ans, avec un nouvel album où elle reprend des chansons de drogués. Et ça c'est rassurant.

Certaines choses sont immuables. Elles ne changent jamais. Oui, ainsi, au printemps, il y a des mouvements sociaux. C'est calé sur les saisons. L'hiver, le syndicaliste pionce, il reste sous sa couette à bougonner des trucs comme : "purée, si j'avais l'énergie, Macron je le dégagerai". Et au printemps, alors que les oiseaux chantent et que les merguez jutent, ou l'inverse si les oiseaux copulent, il se réveille. Il prend son mégaphone, enfile son T-shirt Sud-Rail et hurle que tout va péter, l'œil animé de la même passion que celle qui habite l'amoureux du sexe et du safari quand à Etam Lingerie ils ont mis en vitrine des strings panthère. 

Chaque fois, on pense que ça va être un nouveau mai 68, alors que c'est impossible, puisqu'on ne peut pas retirer les pavés des rues de Paris pour les lancer sur les flics, à cause des embouteillages d'Anne Hidalgo. Ça obligeraient à d'abord lancer les Renault Twingo sur les flics, puis les pavés en-dessous, or seul Olivier Minne peut faire ça, ou Zidane si on traite sa sœur. Bref ça ne change pas. Au printemps, on se révolte. La révolution s'arrête le 2 juillet parce que ce sont les vacances. Il y a Philippe Martinez de la CGT qui fronce de la moustache pour dire stop, vu sa taille, effet papillon, ça déclenche un typhon en Indonésie, 700 morts. Puis à la rentrée, les syndicalistes se réunissent, avec tous la marque du slip de bain. Sauf ceux qui sont allés sur les plages nudistes de la Costa Brava, car ils ont la trace des mains de Gunther et Renate, couple d'allemands très sympa, au-dessus du pubis. Mais fin août plus personne n'est motivé pour le grand soir à part Mélenchon, qui traîne devant l'Elysée avec une potence, et c'est fini, jusqu'au printemps suivant.

Autre chose qui ne change pas, Nana Mouskouri. Elle a été fourni avec le pays lors de la création de la France en 480 par Alain Juppé. Depuis qu'elle est née, elle a la même tronche : une petite dame à lunettes, et elle a 83 ans. Si tout le monde avait sa longévité, Alain Afflelou ce serait Bill Gates. C'est pareil que la grève, tous les 3 ans, elle revient. Drucker lui dit : "Ça alors, toujours là ?", Nana répond "Oui, mais vous aussi". Drucker dit : "M'en parlez pas, Delahousse chaque année il me nique ¼ d'heure d'émission, en 2020 on me verra juste caresser mon clebs qui pue une fois et ce sera le générique de fin", et ils boivent une verveine en disant du mal des jeunes, ces gens nés, pour eux, après 1929. 

Nana a vendu 300 millions de disques, donc elle est blindée comme la culotte de fer de la femme de Strauss-Kahn quand celui-ci a demandé à Sushi Shop du rab de gingembre. Elle pourrait se reposer, mais non, ça doit être une macroniste, elle est à fond. Quand elle va voir le kid, elle va lui dire kalimera, qui signifie bonjour en grec. Ça va lui parler à Macron, parce qu'il y a encore deux ans il regardait Calimero, il a grandi en accéléré, il a dû sniffer du Nesquick.

Nana Mouskouri sort donc un nouvel album qui s'appelle "Forever young" qui signifie "jeune pour toujours". Je rappelle qu'elle a 83 piges, donc c'est comme si Eddy de Pretto sortait un album s'appelant "La vache, j'ai quand même le swagg". C'est un disque de reprises, comme il en sort 120 par mois. Nana reprend Amy Winehouse, les Beatles, Leonard Cohen, et là, interrogé par VSD, le journal que seuls les cons cherchent au kiosque le mardi, le journaliste lui dit : "Tiens, ce ne sont que des gens drogués".

Alors que Nana, elle met ses lunettes, déboule sur scène, tient 4h30, en sortie de scène se met à hurler : "Alors Iggy Pop c'est qui la patronne ?"

Les Beatles, totalement défoncés, avaient fini par se faire cuire le cul en Inde dans la position du lotus retourné tandis que le gourou Mahesh Yogi faisait des avances à leurs femmes en leur disant : "Bébé, soulève ma longue barbe, en-dessous, il y a un nan fromage". Et là, Nana répond : "Moi je n'ai jamais rien pris, sauf une fois, 2 vitamines C avant l'Olympia, et sur scène, j'étais comme une fusée". Elle avait le débit d'Eminem mais la musique de Corgiou Pipoulaïkouyou. Une vitamine C en plus, c'était l'overdose. On l'aurait retrouvée au fond de la parapharmacie à baver avec un tube de Juvamine vide à côté d'elle. 

En 69, Mouskouri a quand même fait la 1 ère partie parisienne de Led Zeppelin, le groupe de junkies chevelus moulés dans du cuir comme le uque de Jean-Luc Lahaye. Ça a dû être folklorique. Jimmy Page l'a vue, lui a dit : "Tu veux quoi, de l'opium, de l'héro, du speed ?", elle a répondu : "Ah non merci, hier j'ai pris une gélule de magnésium, j'ai plané pendant 16h, en plus j'essaie de décrocher de la verveine, donc ça va aller". Les concerts avant, c'était n'importe quoi. Les Beatles avaient fait la 1 ère partie de Sylvie Vartan. Il y a eu Nana et Led Zep,... C'est comme si aujourd'hui on disait à Shaka Ponk : "Les amis, c'est génial, vous ouvrez pour Michel Jonasz à la salle communale de Melun, et en clôture on a Booba featuring Pierre Perret sur le titre La mega-teub de renoi, c'est le Zizi revisité par Booba".

Nana Mouskouri, au top de la défonce, a donc pris deux vitamines C, rien d'autre. Du coup, à 83 balais, elle la patate de Justin Bieber. C'est un exemple pour nous tous. La drogue, c'est nul. Vous mourrez à 27 ans dans une mare de vomi. Il y en a tellement qu'un maître-nageur arrive pour gérer la zone. Alors que Nana, elle met ses lunettes, déboule sur scène, tient 4h30, en sortie de scène se met à hurler : "Alors Iggy Pop c'est qui la patronne ?", le tout sans café, puisqu'un seul Ristretto et elle peut chanter 25h. Dans un an, Nana Mouskouri nous présentera son 135 ème album. Elle viendra en parler à Drucker, qui dira : "Bonsoir, j'espère que ça v…" avant d'être coupé par Delahousse. Elle et le printemps social, ce sont mes deux repères, s'il m'en manque un, je suis paumé. Heureusement, chaque année, c'est la même chose, rien ne bouge, notre monde est ponctué par la moustache de Martinez et les lunettes de Nana. 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.