Hier, sur BFM TV, la Ministre du logement Emmanuelle Wargon a annoncé qu'en mai prochain, elle organiserait une "nuit de la solidarité" durant laquelle le public partira à la rencontre des SDF. Tanguy Pastureau nous en parle.

Hier, j’ai regardé l’interview de Jean-Jacques Bourdin sur BFM, c’est mon petit truc du matin, je me réveille avec Jean-Jacques, mon JJ. Son studio télé est incroyable, en fond on voit la place de l’Etoile en direct, il y a des pigeons qui défèquent sur des rats écrasés, parfois un livreur à vélo passe sous un bus, il se relève sur une jambe avant l’arrivée de la police parce qu’il n’a pas de papiers, l’autre jambe il la laisse sur place, un type du PSG la ramasse pour la fixer sur Neymar en prévision de sa prochaine blessure, bref, c’est Paris. Mais au moins, quand l’invité politique est ennuyeux, on a un truc sympa à regarder, alors que sur "C à Vous", quand l’invité est nul, tout ce qu’on peut mater c’est Patrick Cohen en train de mâcher des courgettes. 

Et hier matin, j’avais coulé mon café, les Choco Pops étaient dans le bol, j’étais prêt, et déception, invitée inconnue, une petite dame ressemblant à une comptable de PME dans un vieux Marc Dorcel, sauf qu’elle n’a pas dit à Bourdin « alors gros loup, ton pain au chocolat du matin, il a une barre ou deux barres ? » en se léchant le menton, non, elle a parlé logement. C’est dommage d’ailleurs qu’il n'y ait pas un Shazam pour visage, on prendrait une photo, l’appli nous dirait qui c’est, avec un effet laser pour voir sous les poils, dans le cas où on voudrait reconnaître Daniel Morin, le père de Bouba et Frisquette. Bref, je réfléchis, et pourtant je ne suis pas du matin, je ne suis pas du soir non plus, en fait j’ai une fenêtre de réflexion de 2 minutes 20 vers 17h, c’est pour ça que je n’ai toujours pas reçu de prix Nobel et que pour les gens de France Culture je dois être l’équivalent cérébral d’Amel Bent quand elle dort. Et je me suis dit « Tanguy, bébé, qui peut parler logement à la télé, soit Plaza, soit Castex qui se rend compte qu’il est nul et annonce qu’il remet à la location son petit 32 pièces à Paris, soit la Ministre du logement ». Et ben 3ème cas, c’était la Ministre du logement, Emmanuelle Wargon, avec un W, Ministre peu connue, j’ai regardé sa bio, elle a 50 ans, est née à Neuilly, banlieue hostile où à chaque instant on peut se faire trancher le tendon d’Achille par un Yorkshire, et avant d’être Ministre, elle était lobbyiste chez Danone, c’est-à-dire qu’elle attendait devant le Sénat et quand sortait Gérard Larcher, elle lui lançait des flans en criant « il y a plus d’apports là-dedans que dans un steak, fils de chien ». 

Donc Mme Vargon, ou Wargon, je ne sais pas comment on le prononce, disons Vwargon, je l’ai écoutée, et j’ai bien fait, parce que Ministre, ça doit être son hobby, mais en fait elle est dans l’événementiel. Oui, elle a annoncé, en mai-juin, une nuit de la solidarité, youpi, parce que la nuit, c’est super, quand on a des points noirs plein la gueule, c’est le seul moment où on peut conclure avec une personne venue de Tinder. Et la solidarité, c’est formidable, moi par exemple, une fois la semaine, j’écoute "Joy" de François Feldman sur Spotify, comme ça je sais qu’à la fin du mois il touche 0,0000001 euros pour rester propre. Assez d’argent pour se laver la moitié du petit orteil du pied droit. Donc nuit de la solidarité, c’est top, mais là Bourdin s’interroge, la nuit, il ne sait plus ce que c’est, à l’âge qu’il a, à 19h30 il est devant sa soupe, dedans il a des nouilles en forme de lettres et il écrit sur le bord de son assiette « Apolline de Malherbe, toi qui m’a piqué la matinale de RMC en septembre, je vais te crever », il faut beaucoup de nouilles. Et la solidarité, on ne sait pas ce qu’il en pense, mais il n’a chanté ni pour l’Ethiopie, ni pour l’Arménie, même quand Michael l’a appelé pour "We are the World", il n’a pas dû répondre, parce qu’on ne l’a pas vu dans le clip. Il y avait Cyndi Lauper, autre personne qui portait la nuque longue, mais bleue, pas lui. Et là Emmanuelle Vwargon déclare : « la nuit de la solidarité va être une nuit où le public va partir à la rencontre des SDF », c’est-à-dire que si ça prend, chaque SDF, toute la nuit, aura 50 pleu-pleus qui d’habitude n’en ont rien à taper qui lui proposeront une couverture, une soupe miso, ou de lui diffuser l’histoire Oli de Leïla Slimani pour qu’il pionce. Mais, dit Mme Vwargon, ça va permettre aussi de compter les SDF, parce qu’on ne sait pas combien ils sont, on sait que c’est trop, mais combien trop, beaucoup trop ou beaucoup beaucoup trop, mystère. Et je vais vous dire, on est un pays complexe, parce que si on était basique, on dirait « il y a des SDF, la honte pour notre pays, priorité nationale, on les héberge », des locaux vides il y en a partout, rien qu’au siège du Parti Socialiste, on peut caser 200 personnes. Mais non, on se dit « il y a des SDF, donc on va leur faire des animations », et zou, une nuit événementielle, je pense qu’il y aura des créatifs qui vont projeter des vidéos d’art sur les tentes des SDF, et une danse de la solidarité, ça fera « je donne, ho ho ho, tu reçois, ha ha ha », je sais pas si Kamel Ouali est toujours en activité, mais ça peut avoir une petite tronche. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés