Je pense aux rouennais qui nous écoutent et qui flippent, parce que depuis 7 jours on a d’un côté des politiques qui disent que tout va bien et de l’autre des experts qui disent qu’au vu des trucs qui ont brûlé, on n'est pas sur un feu de camp avec 3 mecs à la gratte, c’est grave. On ne sait qui croire.

Tanguy, vous allez nous parler de l’usine Lubrizol à Rouen.

Je pense aux rouennais qui nous écoutent et qui flippent, parce que depuis 7 jours on a d’un côté des politiques qui disent que tout va bien, Rouen va gagner le concours des villes fleuries, des biches se baladent rue dans le centre-ville tellement c’est propre, et de l’autre des experts qui disent qu’au vu des trucs Tanguy, vous connaissez bien la ville de Rouen.

J'ai vécu à Rouen il y a 8 ans, de 96 à 2004, et là Nagui, vous vous dites « je m’en fous », mais l’auditeur de France Inter n’est pas comme vous, il m’aime, parce qu’il n’a pas votre vie sociale, non, il moisit chez lui, telle une vieille crêpe lancée il y a 20 piges par une bigoudène fébrile et qui serait venue se fourrer derrière la gazinière. Il se raccroche donc à nous autres, stars de la radio, et quand on lui donne un élément autobiographique, c’est comme un cadeau, la fois où j’ai dit à l’antenne que j’avais fait pipi au lit jusqu’à l’âge de 27 ans, j’ai reçu une trentaine de pots de confiture de profs à la retraite, + une invitation à la soirée golden shower organisée par le club Erotic Spa à Metz, en présence de Gérard Depardieu, qui, c’était écrit, est parvenu à uriner jusqu’à 7 mètres de haut. 

Bref, j’ai vécu à Rouen, ville aux cent clochers selon Victor Hugo, ce jean foutre surcoté qui au lieu de pondre un 14ème tome des Misérables, a passé sa life à compter les cloches, il a eu la même vie pourrie que le lapin de Pâques. Et quand je sortais de Rouen pour gagner Paris par l’A13, accélérant ostensiblement à l’approche de Mantes-la-Jolie où il y a des cités, je passais devant les usines classées Seveso. Seveso signifie que l’usine manipule des produits dangereux, comme l’album d’Ophélie Winter sorti en 96 ou le cerveau de Moundir l’aventurier, qui lui aussi peut péter à tout moment, si on lui présente un bouquin de la rentrée littéraire. 

Donc là, on imagine que le truc est bien géré, un site Seveso en ville, on se dit « même si un intérimaire a des flatulences, la sirène retentit, on évacue Rouen », sauf qu’il y a une semaine, il y a eu comme un testicule dans la soupe, voire les 2, voire 3 testicules pour ceux qui vivent près d’une usine Seveso et chaque jour respirent l’air environnant. Pas d’évacuation, pas de distribution de masques, les seuls à en avoir, c’était les policiers et gendarmes dans les rues, c’est un poil angoissant, moi si je vous voyais tous ici équipés de combinaisons blanches intégrales et que j’étais en T-shirt Snoopy, vous auriez beau m’expliquer que c’est pour vous isoler de Daniel Morin qui ne s’est pas lavé les dents, je flipperais non seulement ma mère, mais aussi mon frère et son chat.

Hier, je lisais l’édito d’Yves Thréard dans le Figaro, ce qui à France Inter est puni de 14 coups de martinet dont les franges ont été réalisées avec des poils de Benoit Hamon. Et bien M. Thréard parlait de l’ère du soupçon, du fait que les rouennais refusaient de croire la version gouvernementale, mais il faut les comprendre, il leur est tombé dessus de la suie, il y a eu une odeur atroce, à faire passer celle d’un sandwich au munster pour un petit sapin à la con que t’accroches dans ta 306, et hier, la préfecture disait que 5253 tonnes de produits chimiques avaient brulé, moi quand un mec fait tourner son scooter à l’arrêt et que je respire le gaz, j’ai l’impression que je vais crever. Là on parle de 5000 tonnes de saloperies, dont, d’après le CNRS, des cancérigènes avérés et des substances toxiques pour la reproduction, ce processus qui consiste 5 ans après l’acte à devoir vous taper l’intégrale des chansons d’Henri Dès dans la bagnole. 

Il y a de quoi s’inquiéter quand même, Joeystarr, présent à Rouen, s’est filmé sur Instagram avec un masque, expliquant qu’il avait des nausées, Joeystarr, le type qui peut s’enfiler 17 litres de rhum sans gerber, Jack Sparrow à côté c’est un buveur de Candy Up, est malade, si ça, ce n’est pas effrayant, je ne sais pas ce qui l’est, à part un nude de Jean-Yves Le Drian, peut-être.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.