La campagne des municipales à Paris bat son plein. Anne Hidalgo veut créer des forêts urbaines, Benjamin Griveaux aussi, lui promet en plus 100000 boules d’aide à l’achat d’un appart, Rachida Dati ne dit rien et Cédric Villani dit des choses mais on ne comprend pas. C’est la 4ème dimension.

Tanguy, vous aimez Paris.

Oui, car j’aime les animaux, alors quel ravissement pour moi, au matin, d’admirer ces hordes de rats juchés sur des tas de poubelles desquelles s’écoulent de l’urine de junkies. A Paris il y a 2 types de population, des riches de plus en plus riches, qui doivent quand même faire un crédit à chaque fois qu’ils veulent une chambre en plus, ils appellent Cetelem avant l’amour pour savoir s’ils peuvent le faire sans capote, et des pauvres littéralement en train de crever dans la rue. 

Et rien n’est simple parce que parfois vous voyez un type sale, avec une pilosité incontrôlée et la chemise trouée de Kurt Cobain en 91, vous lui filez un euro, en fait c’est un branché qui bosse dans la com et dégage plus de blé que les laboratoires Schwarzkopf à chaque fois que Neymar se fait une couleur. Bref, Paris, c’est une jungle, le retour au Moyen-âge, des inégalités dignes d’un week-end à Calcutta, ça pue, c’est gris, c’est pollué, dehors tu te fais braquer, dans le métro tu te fais frotter, et sur les trottoirs tu as une espérance de vie de 11 secondes, avant de te prendre un de ces connards en trottinette électrique. 

Paris, on n’y vit pas par choix, moi si Radio France voulait bien se foutre à Biarritz, ça me plairait, on ferait du surf, le soir avec Morin on fumerait des bangs sur la plage, là on serait tous torse poil, et on établirait enfin une connexion avec Bruno Solo, qui a été invité ici 30 fois en 6 ans et avec qui on n’a toujours pas fait de sexe en groupe. Le puritanisme des gens des médias m’étonnera toujours, à part Alain Duhamel et Arlette Chabot qui sont super-chauds.

Heureusement à Paris, on rit, en tous cas jusqu’au mois de mars, parce que ce sont les élections municipales, et nos candidats sont plus gratinés que les pâtes de ma tante. D’abord, candidate sortante, on a Anne Hidalgo, Ratatouille, qui a plein de propositions supers pour la ville, on a envie de lui dire « mais pourquoi n’as-tu pas fait tout ça avant », sans doute était-elle en observation, là elle va agir, si elle vit jusqu’à 140 ans, elle aura un bilan. 

Hier, dans le JDD, le journal des mecs qui travaillent une fois la semaine, elle a annoncé une végétalisation massive de Paris, elle parler de planter 170 000 arbres, c’est une sorte de castor inversé. Elle veut aussi créer des forêts urbaines, dont une sur le parvis de l’hôtel de la ville, on va réintroduire dedans des cerfs, des biches, 3 mois après elle va se faire buter par un chasseur défoncé qui l’aura prise pour un faon. Et Anne Hidalgo parle d’ouvrir un grand potager dans le bois de Boulogne, ce qui est bien parce qu’entre 2 rapports buccaux, les gens là-bas pourront se rafraichir l’haleine avec des radis. 

Donc pendant 6 ans, elle a tout bétonné, la moindre friche SNCF où on aurait pu faire un jardin, ils ont mis des immeubles moches, et là, elle va tout végétaliser, c’est un peu comme si Francis Bouygues s’était fait retourner par Yannick Jadot lors d’une soirée « jus de céleri et toilettes sèches ». Et là, le 2ème candidat, Benjamin Griveaux, en Marche, se retrouve tout bête, parce que l’idée de la forêt urbaine, c’était lui, il y a 8 jours, il a proposé d’en faire une à la place de la Gare de l’Est, avec des petits oiseaux, de l’humus et des exhibitionnistes dans les fourrés. 

Donc là Griveaux s’est dit « Benji, mon amour, contre-attaque, tu vas la défoncer, tatie vélo », et dans ce cas, que font les politiques ? Ils promettent, tout, le sel au baiser de ta bouche, des pass Navigo gratuits, une visite des Invalides avec Stéphane Bern, et là il s’est lâché, il a promis 100 000 euros d’aide à l’achat d’un appart à Paris. Lui c’est Philippe Poutou qui prend pour l’émir de Dubaï, il flambe, s’il bossait chez Decathlon, si vous venez acheter une tente, il vous dirait « mec, prends plutôt la Tour Eiffel, c’est moins long à construire », parce que la tente Quechua qui soi-disant se monte toute seule, ça n’a pas marché avec moi, pourtant je lui ai parlé poliment.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.