En Chine a lieu chaque année un festival de la viande de chien, c’est comme les Vieilles Charrues, sauf que les gens ne se cuisent pas eux-mêmes à coups de Valstar, ils cuisent des chiens. C’est les Animaux de la 8 qui auraient fusionné avec Top Chef.

J'aime beaucoup les chiens car ils ont ceci de supérieur aux êtres humains qu’à tout moment de la journée ils sont ok pour les papouilles, alors que prenez un conjoint, par exemple, même ceux qui sur les sites de rencontres s’appellent « chaudard 54 place Stanislas Nancy très chaud », bon bah deux Hippopotamus et 3 coïts plus tard, la personne est là à regarder le top streaming sur Cstar, et au moment où vous réalisez que le n°1 est le titre « Elle est bonne sa mère » du rappeur Vegedream, vous vous pendez dans sa cuisine, après avoir hurlé « ça ne peut pas être le même pays qui nous a donné Ronsard ». Bref, les chiens sont supers, pas embêtants, un pipi de temps en temps, le mien a du goût, il ne fait que sur les trottinettes électriques en libre service, et c’est plié. 

Seulement en Chine, à Yulin, les gens ne sont pas du même avis, ils entretiennent avec le chien le même rapport que nous avec le plat de coquillettes au beurre, ils les mangent. Bien sûr, j’entends déjà l’auditeur ouvert de France Inter s’exclamer « ouah, le cliché, hé l’autre, va entreprendre des relations non appropriées avec ta génitrice, fils de blanquette ». Sauf que les faits sont là, les gars, nous, en France, ne bouffons pas de chien, je ne dis pas que je n’ai jamais été tenté, je me souviens d’une fois où j’étais arrivé au Flunch après l’heure de la fermeture, là j’ai vu passer un petit bichon, avec une vieille dame, j’avais faim, je lui ai proposé 100 euros pour le bichon. Elle était outrée, je me rappelle, elle m’a dit « hors de question, je descends pas en-dessous de 150 ». 

Puis j’ai pensé aux chinois, et je me suis demandé ce qu’aurait fait Confucius dans ce cas-là, parce que Confucius avait un avis sur tout, c’était le Christophe Barbier de l’époque, aujourd’hui il serait sur BFM. Et bien je pense que Confucius aurait dit un truc comme « de la viande de youki tu dois te prévenir, si tu ne veux pas avant 16h comme un con vomir », 3 citations de Confucius, dans un diner, vous êtes le king, je le dis à ceux de nos auditeurs qui seraient en quête de relations sociales, ce qui est une aberration à cette saison puisque les gens transpirent et donc, sentent.

Bref, résumons, le français ne mange pas de chien, mais certains chinois si, pas tous, sinon les refuges seraient vides et même le remake de la série Rex ils seraient obligés de faire jouer Houellebecq non lavé pour qu’on pense que c’est le neveu du berger allemand d’origine, ils sont 1,3 milliards. Certains. A Yulin par exemple, a lieu le festival de la viande de chien, et de chat, les organisateurs sont à l’affut d’autres saveurs, ça démarre le 21 juin, c’est atroce, les bêtes hurlent, nous à la même date on a les musiciens amateurs dans les rues, donc le rendu sonore est le même. 

10000 chiens, 4000 chats tués chaque année, et quand je dis tués, il faut voir les méthodes d’exécution, on n’est pas là à leur diffuser des interviews d’Arielle Dombasle jusqu’à ce que leur cerveau, n’en pouvant plus, implose, on les défonce à coups de bâton, on les éventre, et on les ébouillante vivant car ça permet de garder leurs corps intacts, on a fait la même chose en 87 à Nicola Sirkis du groupe Indochine, résultat il n’a pas bougé depuis 30 piges. 

Alors comment expliquer qu’en 2019, où qu’on soit dans le monde, un festival de la viande de chien soit envisageable ? L’explication est simple, l’homme est une crevure. En 39-45 on a gazé des gens, au Rwanda il y a 20 ans on en a découpé d’autres à la machette, partant de ce principe, on peut trucider des chiens pour les faire en sauce. Heureusement l’humanité n’en a plus pour longtemps, fuck Yannick Jadot, il faut accélérer l’apocalypse climatique, je dis ça pour le bien de mon chien et de la planète.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.