Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous parle de la joie, de la vie qui reprend, du printemps : ça y est, il est optimiste !

Bonjour les amis, vous allez bien ? Oui, bon, c’est super, mais l’information principale, c’est que moi aussi. Et ça c’est rare, parce que je ne vais jamais bien, je vois tout en noir, sous mes allures de Cyril Féraud vieux, se cache un gothique qui stocke du PQ en attendant l’apocalypse. J’ai tellement l’impression d’être Mylène Farmer qu’hier je me suis présenté à Paris Bercy en tenue de scène, j’ai crié au vigile « lâche-moi, boloss, mon public m’attend », je ne sais pas à quoi il a vu que je n’étais pas Mylène Farmer, je pense la couleur de cheveux. Et le fait qu’elle en a. Mais bref, ça c’est l’ancien Pastu, le pessimiste, celui qui chouine, car là, vous avez devant vous un homme neuf, qui a envie d’en bouffer, tel Renaud Muselier à tous les râteliers. 

Déjà parce que c’est le printemps, la saison où on se désape, purée, c’est la foire aux petits culs, je m’en fous, je suis un boomer, j’ai le droit d’être un beauf, essaye de m’effacer, génération woke. Mais surtout parce que flotte sur la France un parfum d’optimisme, il nous faut pas grand-chose, 4 terrasses ouvertes, un bol de cacahouètes pour 12, et on retrouve le sourire. Si Macron avait tout fermé pendant 1 an en autorisant juste l’apéro, il serait à 80% de satisfaits, Xavier Bertrand, vous le déguisez en Justin Bridou, un béret, une saucisse sèche, une haleine problématique, les gens oublient qu’il est Xavier Bertrand et il passe au 1er tour. On est en train de sortir de la crise du Covid, et le monde est un arc-en-ciel géant où on se butine comme des salauds. Rien qu’hier, Jean Castex a dit que dans les écoles, le virus circulait très peu, lui aussi est tout jouasse, je pense que quand il rentre chez lui, c’est lui qui fait la fête à son chien. Ensuite dans l’Obs, j’ai lu une interview de Christophe Barraud, meilleur prévisionniste du monde, écrit l’Obs, qui prévoit un rebond fort de l’économie française, yes, ça va ruisseler de partout, à nous les biftons. Alors OK, j’ai lu aussi que la banquise était en train de fondre à une vitesse jamais atteinte, les inuits vivent déjà en slips, en février ils commencent la saison des barbeques entre potes, les ¾ se sont lancés dans le reggae mais bon, optimisme, ne gâchons pas la fête, Hugo Clément va déjà le faire.

Et je me suis dit « d’accord, on va vers le mieux, mais à la rentrée, là ce sera nickel », c’est pourquoi je vais faire dès ce midi ma chronique du 30 août, ça va nous rebooster. C’est parti. Ah, bonjour les amis, vous allez bien ? Je sais. Moi aussi, quelle joie de vous revoir, vous êtes beaux, vous êtes bronzés, même Daniel Morin on a envie de lui mettre une main (bon, il faut se projeter, Daniel reviendra de 2 mois au Panama où il aura placé ses droits d’auteurs de la saison, 600Keuros en cash). Ah là là, enfin on est sorti de ce cauchemar, zéro cas de Covid ce matin, Renaud Muselier, le nouveau 1er ministre, dont la nomination correspond à la mort accidentelle de Jean Castex, écrasé par le 4x4 de M. Muselier, un homonyme sans doute, Renaud Muselier vient d’autoriser le retour de la pratique de la bise, d’accord, ça signifie aussi le retour du collègue qui dit « ah non, ici c’est trois » qu’on a envie de buter, mais surtout de la vie normale. Autant avant la vie normale ça paraissait atroce, les dîners en famille avec mamie qui tise et papi qui pue, les réus entre collègues à la con qui durent 3h, les week-ends dans le Perche avec ta femme au milieu des poules d’eau, autant maintenant ça fait rêver. Alors je voudrais saluer en ce 30 août le retour en studio du public de la Bande Originale (là il faut imaginer 20 vieux atteints de Covid long qui font "heu"). Et je fais un coucou à Erick Orsenna (il faut imaginer que M. Orsenna me répondra "coucou" tout en faisant voler sa chemise au-dessus de sa tête parce qu’on sera tous euphoriques). Monsieur Orsenna, vous êtes un habitué de la Bande Originale, puisque vous avez déjà été invité ici le 4 mai dernier, c’est dire si vraiment vous n’avez rien à foutre. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.