Un ministre en 79 a été retrouvé noyé dans un étang, dans 50 cm d’eau avec des traces de coups sur le corps, suicide très particulier, juste avant de mourir il aurait crié « lâchez-moi, enfoirés ». 14 journalistes demandent à Macron de déclassifier le dossier, qu’on sache enfin qui a suicidé Boulin.

Tanguy, vous nous emmenez en 1979. Oui, et là je pense à l’auditeur de France Inter, ce petit être fragile qui déjà a son T-shirt Benoit Hamon 2022, qui se disait « chouette, ils reçoivent Artus, un petit jeune », ce qui est faut parce qu’il a déjà 32 ans, ce vieux couillon, et qui réalise atterré que je repars 40 ans en arrière. 

Oui, je vais vous parler de Robert Boulin, qui en 79 était ministre du travail, parce qu’il y en avait encore, aujourd’hui la ministre du travail, Mme Pénicaud, a moins de bons chiffres à montrer que les BB Brunes quand on parle de ventes d’albums. 

Robert Boulin travaillait sous Giscard d’Estaing, ce qui est logique puisqu’il faisait 1m89, avec l’âge, il s’est ratatiné, il ne fait plus que 14 cms, son épouse s’en sert comme porte-clés. Et le 30 octobre 79, Boulin est retrouvé mort, dans un étang en forêt de Rambouillet, un suicide, dit la presse, comme Bérégovoy plus tard qui s’est suicidé le long d’un chemin de halage, dès qu’on est à la campagne, on se suicide, la fois où je suis allé au Center Parc en Sologne, dès qu’un mec mettait la tête sous l’eau, je criais au maitre-nageur « bouge-toi bonhomme, il y a un désespéré qui est en train d’avaler toute l’urine des autres, il va crever ». 

Donc Boulin suicide, pourquoi pense-t-on ça, parce qu’il a alors une réputation d’intégrité, mot jamais proposé en 50 ans de parties de Scrabble chez les Balkany, et que là, en 79, il est mis en cause dans un scandale immobilier dans le Var, ce que dans le Var on appelle vente d’un bien. Là, il va au Club de la Presse d’Europe 1, une radio qui existait à l’époque, et dit « moi je suis transparent, mais il y a des choses que je ne peux pas dire ici ». Et Gérard Carreyrou, un monsieur qui existait à l’époque, dit « Boulin, après l’interview, nous a dit « la campagne de dénigrement contre moi est orchestrée par des gens du RPR », un parti qui existait à l’époque. Bref, il était à deux doigts, comme on dit chez les tourneurs-fraiseurs maladroits, de balancer des noms.

Or, le RPR à l’époque, c’était pas Christian Jacob avec ses 10 derniers fans désocialisés, c’était puissant. Et Boulin était sur le point d’être nommé 1er ministre, une place que tout le monde voulait, comme petit ami de Clara Luciani chez les coiffeurs qui aiment les franges aujourd’hui. En 2019 Macron doit respecter les directives européennes, il dit à Edouard Philippe, « Doudou, à part faire un bracelet brésilien avec tes 3 derniers cheveux, j’ai rien à te faire faire, j’ai pas la main ». 

Mais en 79, le 1er ministre, c’est le king, quand il va boire un verre au Palace les dealers lui font une haie d’honneur et Grace Jones lui prête son uque pour se faire une grosse ligne. Donc Robert Boulin gêne : propre, intègre, bosseur, les types pensent à le déchoir de la nationalité française. Et on le retrouve en forêt, noyé dans, tenez-vous bien, 50 cms d’eau, et à l’époque on dit « c’est un suicide », si on valide cette théorie, ce ministre pouvait aussi se suicider dans le pédiluve de l’Aquaboulevard, la piscine gonflable des gosses, avec, on faisait mourir tout le gouvernement. Autre fait étrange, Raymond Barre, l’homme qui a vécu 83 ans, dont 82 endormi, 1er ministre, est prévenu à 2h du matin de la mort de Boulin, alors que le corps est retrouvé à 8h30, donc à moins qu’Elizabeth Teissier l’ait appelé pour lui refiler la seule prévision réussie de sa carrière, ça parait bizarre.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.