Tanguy, adore Pascal le Grand Frère mais à regret il n’a jamais pu passer dans sa fameuse émission. Aujourd’hui l’ex-roi des soirées de TF1, gagne aujourd’hui 400 euros par mois, il est dans la galère, et comme il a engueulé tout le monde au moins une fois, personne ne veut l’aider. Il fait moins le malin.

La télé, par essence, est un monde éphémère, un jour vous êtes au top, tout là-haut avec Arielle Dombasle à chatouiller les fesses des angelots avec votre nez, le lendemain vous n’êtes plus rien, même François de Rugy, croisé à la poissonnerie, vous dit « vieux, j’aimerais pas être à ta place ». 

A la télé, on ne dure pas, à part vous Nagui, qui avez une longévité exceptionnelle, quand j’étais petit je vous voyais à la télé, maintenant je suis adulte, je vous vois à la télé, et en 2047, quand je mourrai, à l’hôpital américain de Neuilly, parce que d’ici là j’espère que j’aurai quand même fait un peu de blé, inch’allah comme on dit partout sauf au Rassemblement National, bah je vous verrai à la télé en train de crier « faites du bruit pour Maitre Gims, à l’occasion de son 28ème album », et je dirai à Michel Sardou, qui sera dans la même chambre que moi « Mimi, moi non plus j’en peux plus de cette époque, débranche-moi en tirant sur le fil avec la dent qui te reste ».

La télé, ça passe, regardez, moi, par exemple, depuis que je ne suis plus chez Ardisson, puisqu’il a dit non à l’alléchante proposition de Vincent Bolloré de faire son émission contre 2 tickets resto et une claque dans le dos, et ben on ne me reconnait plus dans la rue. Alors que quand j’y étais, bon bah on ne me reconnaissait pas dans la rue, mais j’y étais.

Autre exemple, parce que je ne peux pas parler que de moi, même si j’ai conscience de la plus-value qu’il y a pour l’auditeur à découvrir l’homme derrière l’artiste, Pascal le grand frère. 

Qui n’a jamais vu une émission de Pascal le Grand Frère, à part Ray Charles, parce qu’il n’a pas vécu du tout à la même époque ? Explication pour l’auditeur de France Inter type, qui décédera demain à 11h en découvrant que nous serons à Clairefontaine, la boite à footeux. 

Pascal le Grand Frère, c’était un type baraqué, trapu, le genre dans l’avion à réserver 3 sièges, un pour son tronc, un pour son biceps droit, un pour son mollet gauche, et qui pouvait neutraliser un terroriste en plein vol juste en lui disant « tu t’assois et tu finis de regarder Le Roi Lion sinon je te fais ce que Scar fait au père de Simba ». Là, le terroriste, une fois sur deux, se mettait à hurler « non, le Roi Lion, c’est Disney, chiens d’américains, on va éclater Mickey à la tapette à souris »et donc Pascal le Grand Frère était obligé de l’égorger. 

Et donc on envoyait Pascal, qui avait un peu le mental de Martine Aubry dans le corps d’Alien, au sein d’une famille à problèmes. Avec un « s » à problème, c’est-à-dire qu’en général le père était mort de 16 cancers différents le même jour, l’oncle avait roulé sur le chien parce qu’il l’avait pris pour sa belle-mère, la maison avait brûlé à la suite de l’implosion d’un Samsung sur lequel avait été lue une interview vidéo des frères Dardenne, l’appareil cherchant à se suicider, et au milieu de tout ça, il y avait un pré-ado de 12 ans qui tapait sa mère. 

1er jour, Pascal arrivait, disait bonjour, le pré-ado répondait « va te faire mettre, t’es qui toi d’abord, espèce de cheveux de Geneviève de Fontenay pourri de n’avoir jamais vu le jour ? » et là Pascal avait 4 jours pour remettre le gosse dans le droit chemin. Et ça marchait, on lui donnait Hannibal Lecter en train de nettoyer les oreilles de sa sœur à l’Opinel, un mois plus tard, on filmait le gamin, il était devenu responsable d’un club de bridge à la Baule, co-organisateur des soirées « pull sur les épaules et chaussures bateau » du parti Les Républicains. La détresse sociale de ces familles faisait passer la relation de Yann Moix avec la sienne pour la scène du film les Schtroumpfs dans laquelle le Schtroumpf gourmand a fait un gâteau pour tout le village.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.