Le Haut Conseil a regardé de la télé-réalité sur W9, NRJ12, des boobs, des abdos, de très petits slips, des mots d’une syllabe, et leur constat est clair : tout est sexiste dans ces émissions.

Dimanche, ce sera la journée internationale du droit des femmes, que tout le monde continue à appeler journée de la femme, c’est comme l’AccorHotel Arena, on appelle toujours ça Bercy, ou Roland-Garros, on appelle toujours ça victoire écrasante de Rafael Nadal. Cette journée, c’est un échec, parce qu’en 2020, être une femme ne devrait même pas être un fait notable, et là on doit encore lutter juste pour que Marina ou Fanny, qui touchent 90 euros la semaine, aient autant que moi, 4200 nets par chronique. Parce que l’ensemble de nos structures ont été pensées autour de l’existence du pénis, pourtant c’était pas gagné, ce petit truc qui se promène dans le slip, sur le papier, le 1er homme qui en a eu un a dû se dire « ok c’est rigolo, ça change de forme selon si on est à la piscine ou devant Cédric Villani pour les mecs qui aiment traîner dans les friperies, mais je vais pas bâtir une société là-dessus ». Et bien si, on l’a fait, et autant l’homme est libre, autant la femme est enfermée dans une succession de conventions sociales, elle doit être douce, gentille, un peu salace mais pas trop, et juste avec son Jules, mais ensuite, quand elle a joui, doit préparer une tourte afin de rassurer son partenaire et lui signifier qu’elle n’est pas dangereuse. Je l’ai déjà dit ici mais je le redis, pour rien au monde je ne voudrais être une femme. Si Dieu ou Jean-Luc Mélenchon, égal de Dieu selon lui-même, me disait « mon loup, t’as le choix entre devenir une femme ou assister à un concert de la tournée Années 90 avec Larusso, Black Box, Allan Théo, Worlds Apart, je lui dirais « la tournée 90, c’est où et quand ? ».

Parce qu’être une femme, c’est éreintant, il faut penser à tout. Moi, en tant que mec, si j’enfile un petit haut trop décolleté, personne ici ne se dira « ah ouais, quand même, ce chaudard allume la galerie, il a du coucher avec Nagui pour être là », alors que même pas, mon recrutement fut très décevant, on a parlé salaire et contenu. En tant que mec, si je sors dans la rue le soir, tard, jamais un groupe de filles ne se dira « s’il est là, c’est pas un hasard, c’est qu’il veut du sexe, ce sagouin », oui dans mon hypothèse, il s’agirait d’un groupe de filles de 74 ans qui diraient encore sagouin, ça parle plus à nos auditeurs que des jeunettes. Même Fanny Ruwet ici pour que l’auditeur s’identifie, on est obligé de dire qu’elle a 46 ans, alors qu’elle en fait 46 de moins. La 1ère fois que je l’ai vue, je lui ai demandé « et sinon, vous vivez comment, vous, les fœtus ? ». Si moi je présente les César, une année où le groupe Canal aura envie de faire des économies parce que 4h de show, je prends 3 tickets resto, dans le milieu on m’appelle le philippin blanc, et que je pars avant la fin, on dira « il a du caractère », Foresti fait la même chose, on dit « elle a pété les plombs ». « Elle est folle », sous-entendu « ça ne doit pas être la bonne période du mois », combien de fois a-t-on entendu ça à propos d’une femme, alors que Jean-Pierre Bacri, qui est un homme, fait la gueule toute l’année, ça passe. Et le sexisme est partout, à la télé tiens, le Haut Conseil à l’égalité homme femme a pondu un rapport, ils ont regardé les Marseillais, la villa des cœurs brisés et les Anges, des télé-réalités, ceux qui ont eu la charge de les regarder sont morts, on a dit « c’est le coronavirus ? », quelqu’un a répondu « non, on les mis sur W9, il y a eu comme un paf dans leur tête, et le cerveau leur est sorti par le nez ». 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo! 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.