Dans cette chronique qui maltraite l'info, Tanguy Pastureau nous raconte l'histoire d'un livreur qui fantasme sur les crèmes glacées.

Hier, je suis tombé sur un article intitulé : Un livreur surpris en train de frotter un pot de glace sur son entrejambe, et je n’ai pas été étonné. Parce que je connais les mecs, j’en suis un, donc je sais que le projet initial du pénis - lancé, selon les versions, soit par Dieu (c’était direct, salut Adam, veux-tu un pénis ? en voilà !), soit par Darwin (beaucoup plus long) - je sais que ce projet, consistant à doter le mâle d’un organe lui permettant de faire pipi ou de se reproduire, mais pas en même temps sinon ça gâche la soirée, a été détourné par l’homme. 

Oui, l’homme est basique, il a un pénis, il a un pot de glace, déduction immédiate, Sherlock Holmes à Mykonos, il se dit : « Et bah ! je vais frotter ce pot de glace contre ce pénis ». Ne me demandez pas pourquoi, c’est ainsi, les hommes se frottent, pourquoi pensez-vous qu’on a râlé quand France Inter, à cause du Covid, a décidé de retirer les bonnettes en mousse des micros ? Je sais, c’est détestable, c’est pourquoi je comprends la féministe, Alice Coffin, quand elle dit vouloir éliminer les hommes, au point de ne plus écouter la musique faite par eux, je valide. Pour un Berlioz, combien de Patrick Fiori ? Moi quand j’écoute Vitaa & Slimane, à chaque fois que Slimane chante, je me bouche les oreilles, bon OK, quand Vitaa chante, je me les bouche aussi, mais…

Je vous raconte, ça se passe en Angleterre, le pays des gens à grandes dents pondant des petits princes qui naissent déjà sapés en Cyrillus. Jonathan Terry, 31 ans, qui vit près de Londres, a faim, donc il appelle Domino’s et commande une pizza à l’estomac de brebis sauce airelles-vanille, avec supplément moutarde-noisette, un classique de la gastronomie britannique, qui consiste à prendre un plat et à mettre dedans des choses. La livraison se fait, Jonathan dîne avec son coloc, puisque pour se payer un loyer à Londres, il faut être en moyenne 27 dessus, chacun dort à tour de rôle 11 minutes par nuit, quand soudain, sa petite amie l’appelle et lui dit : « Surtout ne mange pas la glace Ben & Jerry’s que tu viens de recevoir ». 

Au passage, vous remarquez que les Anglais, ces sales fils de pudding, nous ont tout volé : Domino’s Pizza, Ben & Jerry’s, il paraît qu’ils ont même des Burger King. C’est comme les Gipsy Kings mais, sans gitans et avec des burgers, donc ça se digère mieux. 

En fait la fille, à son travail, regardait les images de vidéosurveillance de la maison, et là, oh my God ! elle réalise, donc, que le livreur s’est frotté au pot de glace. On le voit, comme un idiot dans le jardin, en train de se passer le pot sur le yes-yes, et ça va parce qu’il y avait d’autres clients derrière, mais s’il avait eu le temps, il s’aspergeait le torse de sauce à pizza. 

Les Anglais, le réchauffement climatique, ça les a transformés. Avant, c’étaient des gens dignes qui buvaient du thé en se donnant du My Lord, maintenant c’est l’orgie, les slips qui volent ! quand les migrants arrivent, le premier truc qu’on leur dit, c’est que pour s’intégrer, il va falloir twerker comme des chaudasses.

(La suite à écouter et à retrouver en vidéo !)

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.