Parler foot, c’est comme si Sébastien Chabal se mettait à parler d’épilation intégrale ou Elodie Frégé de ventes d’albums. Mais Tanguy a senti que ça ferait plaisir à Nagui.

Tanguy, vous allez nous parler de football ce midi.

" Oui, alors que je n’y connais rien, donc c’est comme si Sébastien Chabal se mettait à parler d’épilation intégrale ou Elodie Frégé de ventes d’albums. Mais j’ai senti que pour vous faire plaisir, Nagui, il n’y avait que deux solutions : 1- le massage tantrique. 2- aborder avec vous le sujet du foot, ce jeu dont je sais qu’il se pratique avec les pieds, comme l’auto-stop quand on est manchot. J’ai donc, malgré le lien charnel qui jour après jour se créé entre nous, choisi de vous parler de foot. Et de Kylian MBappé, le seul jeune de 18 ans que je découvre en ce moment puisque je ne suis pas Jean-Luc Lahaye.

Le papa de MBappé est d’origine camerounaise, d’où le M devant le nom, c’est typiquement africain, ce qui fait que quand Mathieu Chedid va en Afrique et qu’il dit, moi c’est M, on lui répond, mais M quoi ?, l’autre dit, bah juste M, enfin, ça fait comme dans le dîner de cons. MBappé oeuvrait l’an passé à Monaco, un club calme, puisque quand un but est marqué à domicile, il y a 2 types au fond du stade qui murmurent oui youpi, avant de s’échanger des valises. Quand un beau jour, MBappé reçoit un coup de fil de Nasser Al-Khelaïfi, boss du PSG, qui lui dit, bichon, prépare-toi à te tatouer mon blaze sur la fesse droite, la gauche et même dans la raie, parce que t’es à moi, je t’achète. Le gonze a la carte bleue du Qatar, quand il l’introduit dans l’appareil au restaurant le truc fume avant de venir s’encastrer dans le plafond, donc il fait ce qu’il veut, demain il peut acheter Anne Hidalgo, la ranger à la cave, et rouler sur la piste cyclable de la voie Georges-Pompidou à 240 en Lamborghini Veneno Roadser.

Finalement a été conclu pour MBappé un prêt avec option d’achat, ce qui est rare dans le commerce, impossible au Sexodrome de Pigalle, de dire, bonjour, le canard que j’ai acheté hier ne m’a rien fait, je vous le rends, je vais prendre à la place un cygne tuberculé. Prêt de 180 millions d’euros, c’est énorme, si vous vous allez chez Cetelem et que vous demandez la même chose, c’est la mascotte en forme de buisson qui vient en personne vous sortir à coups de lattes dans le bas du dos."

La suite à écouter..

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.