Le royal baby, né en Angleterre il y a deux jours, est un mystère. On ne sait pas où il est né, quel est son prénom, on nous a juste donné… Le royal baby permet aux anglais d’oublier le Brexit, ils ont de la chance, nous même pas en rêve Castaner va faire un bébé, la seule fois où il a mis la langue, on lui a dit stop.

On dit souvent que la France est un pays de gens déprimés. Et c’est vrai, on n’est pas bien, on est moroses, c’est notre nation qui a enfanté Isabelle Huppert, Eddy de Pretto, Arlette Chabot, tout est négatif, même Bruno Solo, comme pseudo, ça fait tristoune, Bruno Duo ou même Bruno plan à 4 avec capotes, ça sonnait plus festif. Même Thierry Beccaro en est à se remettre en question, il quitte Motus parce que, dit-il, il a l’impression de faire les mêmes vannes depuis 30 ans, il ne réalise pas que c’est la définition même du métier d’humoriste, comment je fais, moi, une blague sur Arielle Dombasle, une sur Daniel Morin, 2-3 mots un peu littéraires pour flatter l’auditeur d’Inter qui se dit « moi j’ai capté, mais les autres n’ont rien dû comprendre, ces buses », une référence à Benoit Hamon qui à Radio France est à 99,9 % d’intentions de vote pour les européennes, c’est Robert Mugabe mais en blanc, quand il vient à la matinale les gens s’évanouissent, on doit sortir Demorand sur brancard, et c’est joué. 

Non, on est tristes, alors que regardez en Inde, il y a plein de pauvres, le nan fromage qu’on commande sur Deliveroo là-bas il nourrit 40 familles pendant 3 mois, et pourtant quand on dit « Inde », on pense Bollywood, danses, chants, les mecs s’éclatent, même les lépreux font de la break-danse, à la fin sur la piste chacun doit retrouver sa jambe ou sa main gauche dans le tas, comme chez nous les slips quand on va au Moon City de Pigalle. 

Mais consolation, il y a pire que nous : les anglais, ces personnes sapées par -15 d’un petit haut avec nombril apparent et pour qui la dentition de Freddie Mercury était vécue comme tout à fait classique. Les anglais sont désespérés, quand nous on lançait Roland Magdane, à la même époque, ils avaient Joy Division, là-bas Gillette commercialise des lames spéciales pour les veines du poignet. 

En plus, le Brexit les plombe, parce qu’ils quittent l’Europe, pour eux c’est comme une fin d’année Erasmus mais avec plus de bière. Heureusement, les anglais ont inventé un concept qui les sort de la sinistrose, les extirpe de leur réalité sordide, entre reformation des Spice Girls et fringues atroces de la reine, cette daltonienne barrée qui ne connait pas Cristina Cordula : les royal babies. 

Le concept est basique, une tête couronnée se choisit une fiancée, comme chez nous quand on fait la galette, ils ne bossent pas, donc copulent, et tous les 18 mois, il y a un royal baby qui est lancé sur le marché du neuf. Et là les anglais oublient tout, ils sont hypnotisés, sauf qu’ils ne regardent pas les yeux de Messmer mais l’utérus de Meghan ou de Kate, c’est aussi sympa, le regard est le miroir de l’âme, gna gna gna, mais à Ibiza en août quand David Guetta démarre la soirée mousse, je suis désolé mais on regarde tout sauf les yeux. 

Donc avant-hier, Meghan a donné naissance à un royal baby, ici, en France, ça a moins de retentissement qu’un discours de Nathalie Loiseau, mais là-bas, c’est l’euphorie, tout le monde a envie de voir le rôti, alors qu’il n’est que 7ème dans l’ordre d’arrivée sur le trône, les gens qui ont envie de faire pipi aux Vieilles Charrues connaissent ce genre de choses. C’est-à-dire que pour qu’il soit roi, il faudrait qu’il élimine la moitié de sa famille, donc j’espère qu’ils ont mis au monde un psychopathe, parce que si le petiot ne fout pas de cyanure dans le jus d’airelles de toute la smala, il ne bossera jamais.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.