Tanguy, hier, vous étiez tranquille, chez vous, à vous reposer

 Oui, parce que je suis crevé, il faut dire que je dépote par semaine 5 chroniques culte, ce qui me vaut l'admiration sans borne des autres humoristes, je pense à Gad Elmaleh qui, quand on lui a dit tout ce que je faisais, a dit 

"Ah ok, mais c'est qui ?"

Ou à François Hollande, qui m'envoie des SMS pour me dire 

"Ça va, gros, moi j'ai fait marrer la France H24 pendant 5 piges, viens pas me chauffer". 

J'étais donc sur Twitter, à la cool, à taper des mots-clés comme huge boobs ou big ass afin de vérifier que non, Lou Doillon n'incarne pas à elle seule la notion d'idéal féminin, quand soudain apparaît en TT, ce sont les sujets dont on parle le plus sur le réseau, le nom de Pétain. 1er réflexe, je me dis "mais qu'il est con, Dieudonné, qu'est-ce qu'il a encore raconté ?", je vérifie, rien, il est tout calme, la mort de Robert Faurisson lui a mis un coup. Je me dis "tiens, Zemmour a dû être invité chez Taddeï sur la web-tv de Poutine, il s'est retrouvé face à un gauchiste, pour lui, ça, ça va de Besancenot à Alain Juppé, et a voulu lui faire claquer sa pile en encensant Pétain", mais là non plus, rien. 

Puis, déclic, je me souviens que Macron est en pleine itinérance mémorielle, ce qui signifie qu'il révise son histoire tout en se déplaçant, comme Stéphane Bern quand il est dans un Kangoo et qu'il a un début d'érection en repensant à Mme de Pompadour. 

Et je réalise que Macron, qui s'ennuyait parce qu'il y avait 4 jours ½ qu'il n'y avait pas eu de polémique à propos d'un truc qu'il a dit, a parlé de Pétain. Pétain, c'est ce monsieur moustachu, vainqueur de la bataille de Verdun, et qui a œuvré avec Clémenceau à la victoire tout court, Gérard Collomb est de la même époque mais n'avait pas voulu s'en mêler. 

En novembre 18, il est fait maréchal de France, c'est un héros, s'il avait pris sa retraite là, on serait tous en train de crier "Vive Pétain", soit ce que nos papis et mamies, pour les ¾ d'entre nous, ont fait il y a 70 ans. 

Mais le souci, c'est que Pétain a continué à bosser, syndrome Aznavour, il y avait pas la télé, donc pas Motus, rien à faire de ses journées, les anciens travaillaient jusqu'à leur mort et murmuraient, dans un dernier souffle "merci patron". 

En 40, Hitler envahit la France, un mois après, Pétain dit "ok, on a perdu, voilà les clés", il se taille à Vichy, la ville des vieux qui ont mal partout et des pastilles de menthe, pour les distinguer, les pastilles c'est celles qui tiennent longtemps quand on les met en bouche, là il abolit les syndicats, les partis politiques, les libertés individuelles, et livre les juifs à l'Allemagne, sans la pression de l'occupant, Hitler n'a même pas besoin de le pousser, c'est la seule fois où des allemands ont trouvé que des français bossaient bien.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.