Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous parle de deux choses qui n'ont rien à voir : Macron et l'écologie.

Un jour je me suis baladé dans le cimetière des chiens d’Asnières, en région parisienne. C’est comme un cimetière normal sauf qu’à la place de la sépulture de Mme Sanchez, 1908-1982, il y a celle de son caniche, Toto, 1973-1973, ce con, à 5 mois, a bouloté le fil électrique de la lampe, a pris le jus, a fait « aahhou », puis est allé s’encastrer, en feu, dans la télé. Jamais Mme Sanchez n’a su qui a gagné Intervilles ce soir-là, Montbéliard ou Château-Gontier. 

Et, c’est véridique, sur une des stèles du cimetière des chiens, il y a écrit « souvent trahi par les humains, jamais par mon chien », j’ai toujours eu cette phrase en tête, parce qu’elle est vraie, l’humain est détestable. 

J’aime nos invités, Ariane Ascaride et Simon Abcarian, mais si ça avait été leurs chiens, Pupuce et Flanelle, qui étaient venus, j’aurais préféré. Parce que les humains me désespèrent. 

Tenez, un exemple, la planète part en sucette, la catastrophe climatique, moi j’ai des moustiques chez moi, en décembre, ils ne meurent plus, ils vont vivre 120 ans, ça va être des sortes de Jean-Pierre Elkabbach mais qui à 4h du mat en hiver vous piquent, ce que ne fait pas Jean-Pierre Elkabbach, parce qu’il est bien rasé et qu’il n’a pas les clés de chez vous. 

C’est pour ça que ce rêve érotique que je fais parfois où je suis attaché sur mon lit et il me fouette avec une dépêche AFP tandis qu’Arlette Chabot filme est resté un rêve. Et récemment, j’ai vu sur Canal le documentaire 2040, j’ai tweeté d’ailleurs à ce propos, il y a eu 80 retweets, la misère, c’est ça les gens, vous écrivez "Blanquer pue du cul", vous faites 4000 retweets, Pascal Praud dans son émission dit : « enfin un humoriste sympa sur Inter », mais vous marquez « je vous conseille un doc sur l’avenir de la planète », tout le monde s’en tape.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés