Une station d'épuration a été inaugurée à Luynes, près de Tours, baptisée La Serre. Tout le gratin était là, ainsi que deux jeunes filles en petite tenue.

Samedi près de Tours a été inaugurée une station d’épuration. C’est une infrastructure nécessaire, car si elle n’existait pas, on aurait directement au robinet le contenu des toilettes du voisin. Sinon, cela ferait 16 ans que le type qui habite à côté de chez Lance Armstrong tournerait sur lui-même dans son salon en essayant de se mordre le sexe tout en hurlant :

Purée j’arrive pas à dormir.

Samedi, à Luynes, près de Tours, est donc inaugurée une station d’épuration, baptisée La serre. Ce qui est absurde, parce que tout ce qu’il y a dedans sent tout sauf les fleurs. C’est comme si on rebaptisait le coffret DVD Jacquie et Michel Nuits romantiques à Venise, alors qu’à l’image on voit des couples de Tourcoing avec des varices. Bref, le gratin local est là. Il y a Bertrand Ritouret, maire de Luynes, 5000 habitants, qui est chez lui, c’est comme si le PSG jouait à Doha au Qatar, et Philippe Briand, président de Tours Métropole, le king du 3.7. Sur place il a la popularité de Patrick Sébastien quand il déboule à 3 grammes aux fêtes de Bayonne avec Chico et les Gypsy. Donc tout se passe bien, Briand et Ritouret font un discours dans lequel ils appellent la population à ne pas manger de céréales All Bran afin de ménager la station, puis ils découpent le ruban, et les turbines se mettent à tourner, répandant sur le village une odeur infâme. Stéphane Plaza, sur place pour vendre un pavillon, dit à la propriétaire :

Désolé Sylvie, je me casse, même à la soirée de fin de saison d’M6 où McLesgy déchiré a éclaté une fiole de sulfure d’hydrogène sur les pompes de Tavernost ça puait pas autant la mort.

Seul souci, une photo du découpage du ruban est postée sur internet et les gens remarquent, à côté de Briand et Ritouret, 2 filles en soutif et mini-jupe avec le nombril apparent, qui sourient avec à elles deux le nombre de dents blanches qu’a Jean-Marc Morandini tout seul. Donc là on se dit, les types, qui savent que personne dans le public ne va se mettre à hurler, Je t’aime Briand, ou prends-moi Ritouret, j’suis ta chose, si tu le fais pas pour moi, fais-le pour l’Indre-et-Loire, ont voulu mettre du glamour dans leur vie de notables locaux névrosés et ont appelé des nanas désapées pour la photo.

...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.