Il reste deux ans de mandat à Emmanuel Macron : c'est l'heure du bilan avec Tanguy Pastureau.

Oui, deux ans, c’est à la fois énorme, c’est le temps qu’il faut pour faire deux enfants les jambes d’un autre, juste les jambes, c’est-à-dire qu’on sait que le gosse aura son bac grâce aux notes d’EPS. Et c’est à la fois peu, regardez Nagui, on arrive au bout de notre troisième année ensemble, et c’est passé si vite, « autant », m’avez-vous dit, « j’ai l’impression d’être avec ma femme depuis 30 piges, autant toi bichon, quand je te vois, j’ai toujours ce frison de désir, tu me procures le même effet qu’une chanson d’Herbert Léonard susurrée par Élodie Frégé et Gérard Darmon dans un sauna mixte ». 

Oui, il reste deux ans de mandat à Macron avant de laisser sa place à l’Élysée à Jean-Marie Bigard ou Afida Turner, bref, l’un de ses esprits tellement supérieurs qu’en général, on ne sait pas trop ce qu’ils racontent. Coussin péteur ou string paillettes, ce que veulent les gens, c’est une France du cul, et pas cet entre-deux, où on a élu des types au physique de toy boy. Macron, à la base, est plus sexy qu’un sushi au surfeur du point de vue d’un requin, mais où personne ne se désape. Le monde entier est nourri à la télé-réalité et au porno. Les gosses, vous leur donnez un biscuit Augustin et Michel, ils vous disent « Tiens, je pensais qu’ils faisaient du gonzo », on se doute un peu qu’en 2022, ça va pas se jouer sur le débat d’idées. Et puis Macron, après trois ans, on ne sait toujours pas qui il est, il est doux, rassurant, lavez-vous les mains mes bébés, le lendemain il nous traite de fainiasses. C’est un chat, vous le caressez, une fois sur deux, il vous lacère la face avec ses ongles. C’est lui qui fait la météo, quand il se gratte derrière l’oreille, il appelle Evelyne Dhéliat pour lui dire « Demain, il pleut ».

Donc le mandat de Macron est un échec, ça a plus senti la lose depuis trois ans que si on avait imprimé 10 000 CV de Rama Yade. Puisque tout Président échoue, on vote pour un étalon dopé au sang de cycliste, on a un âne à trois pattes. Puisqu’on continue à élire des humains, ces êtres nuls, mais mettons au pouvoir, un robot ! cette machine aussi rigide que Manuel Valls mais qui dégage plus d’empathie. Robot programmé par Jean-Marie Bigard, si on y tient vraiment, il dira des blagues à Poutine, l’autre, qui est moins jouasse qu’une MST, sourira enfin, ça fera du bien à tout le monde. 

Face à cet échec, on aurait tendance à penser que Macron va se retirer, passer le reste de sa vie au Touquet, allongé sur la plage entre deux phoques. Il a tout eu, les Gilets Jaunes, le Covid, les coups de fil de François Bayrou, la seule mouche tsé-tsé à venir du Béarn. Trois minutes d’interview de Bayrou, tout le monde pionce. Léa Salamé l’a eu sur la matinale, son corps, pour la protéger, s’est mis en coma artificiel, ça a duré deux heures ! Elle a vu un long tunnel, des enfants à poil avec des ailes venant la chercher, et le prince Andrew en train de lancer des bonbons aux enfants à poil. Après cinq ans de mandat, tout être équilibré, donc pas Arielle Dombasle, dirait « Terminé ! hier j’ai vu mon imitation sur TF1 par Canteloup, aucun être humain ne devrait avoir à vivre ça, je renonce ». Mais pas lui, d’après le journal Le Point, le président Macron est, je cite, obsédé par sa réélection, un de ses proches le dit, quand il se rase il y pense, quand il se savonne aussi, et même quand Brigitte le savonne, ce qui est plus gênant parce qu’il n’est jamais dans l’ambiance. Même dans un spring-break dont le thème serait « 24h sans slip », il penserait à l’Élysée, sans doute par manque d’ambition, il n’a pas de plan B, pas d’idée de start-up ou de série pour Netflix comme tout le monde. Heureusement, l’élection d’Afida Turner va nous sortir de l’impasse, et obliger Macron à trouver un autre job, peut-être chroniqueur, à ma place, même si, je sais, Nagui, le temps avec moi passe si vite pour vous.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.