La voiture autonome vient d'être créée. Tanguy Pastureau en expose le fonctionnement.

L'automobile a toujours fait partie de nos vies. La voiture, c'est ce moyen de transport qui peut transformer tonton Henri, 64 ans, affable comptable dans une PME de Saint-Lô, en psychotique hurlant à une conductrice qui a oublié de mettre son clignotant de prendre sa mère dans tous les sens, devant derrière au-dessus en-dessous, par l'oreille droite et la narine gauche, mère s'avérant au passage être une péripatéticienne. 

La voiture nous rend fous, mais c'est aussi un instrument de liberté. On peut aller à Dijon, Mont-de-Marsan, mais aussi dans des villes sympas. Sans la voiture, la course poursuite dans Bullitt, ça aurait juste été Steve McQueen et un autre mec en train de se courir après. On aurait pensé qu'ils jouaient à chat, et ça aurait été un film pour gosses. Sans voiture, Fast and Furious, ça serait Slow and Quiet, l'histoire de deux teubés qui, pour compenser leur érection déficiente, au lieu de faire les kékés dans des caisses de beauf avec des néons bleus en-dessous, se seraient enfoncés les néons dans le cul avant de grimper à pattes le GR20. Ce qui au moins, permettrait aux mouflons de les voir arriver. Sans compter sur le fait que s'il n'y avait pas de voiture, les types qui fabriquent les sapins vanille-canelle-chorizo à accrocher au rétro seraient au chômage, à moins qu'on se mette à en accrocher sur des êtres qui en ont besoin, comme nos chiens à l'issue de leur 3ème semaine sans shampoing.

Bref, sans la voiture, le monde serait terne, lent, mou, et quand on est bourré le week-end, il faudrait forniquer dans les fourrés en l'absence de banquette arrière, ce que seul Noël Mamère et 2-3 amis écolos aiment faire. C'est pourquoi, même si on sait que ça pollue, que ça tue, que c'est laid dans le paysage et que dedans on peut tomber sur Fun Radio, on continue à utiliser la voiture. Seul souci, quand on conduit pendant 4h, on ne fait rien d'autre. C'est un gâchis de temps, et à notre époque connectée-stressée-12 vitaminées-tarée, c'est insupportable. 

L'homme a donc créé la voiture autonome, le véhicule qui gère sa vie tout seul. Vous lui dites : "Titine, direction Aix-en-Provence, j'ai une grosse envie de me faire péter le bide de calissons au soleil comme une vieille tanche", il vous répond : "Désolé, mec, mais là je vais sur l'A1, direction Cambrai, je t'ai trouvé un Formule 1". Or, on a tous envie de lâcher prise et de se laisser guider par quelqu'un de plus intelligent que nous. C'est pour ça qu'on épouse des femmes. La voiture autonome, ça va être spécial, on pourra regarder des films dedans. Sur la route pour aller au boulot, on mettra 50 nuances de Grey n°27, celui où il pend Anastacia par les pieds pour mieux lui murmurer "dis-le que t'es ma chose, poupoule", avant de la fouetter avec sa chaussette. Et donc on arrivera au travail super-excité, en évitant la fille de l'accueil pour éviter de lui proposer un plan à 140 avec tout l'open-space.

...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.