Tanguy, vous allez nous parler de Jean-Baptiste Djebbari

Oui, alors je ne vous apprends pas qui est Jean-Baptiste Djebbari… Mais si, je vous l’apprends, je plaisante, il est moins connu que la pilule du lendemain chez les amish. En fait, c’est le secrétaire d’état aux transports, il est né à Melun et est à la République en Marche, ce qui constitue les trois paliers vers la dépression. Et hier, il était invité sur RTL, autre radio rouge à audience moindre, parce que là les transports rouvrent, ils ont collé des stickers dans le métro pour que les usagers mettent 2 mètres entre eux et les autres, par conséquent seuls les frotteurs ayant un sexe d’1m90 de long peuvent se frotter, c’est discriminatoire. 

Pour les trains, Djebbari l’a dit, le masque est obligatoire, si bien que vous pouvez prendre la carte Senior de votre mamie, pour peu que vous ayez les mêmes yeux qu’elle sur la photo, le contrôleur fera la réduc. S’il doute du fait que vous soyez senior, dites un truc comme « ah, je me souviens de la 1ère télé de Nagui », s’il doute encore, dites « ah, je me souviens avoir dépucelé Drucker, c’était à l’arrière de la SPA en 35 », ça passera. Le demi-ministre l’a dit hier, dans les trains, le wagon-bar est fermé, le wagon-bar, c’est cet endroit en dehors de l’économie réelle où le paquet de M&M’s format poche est à 6 euros 90. Une fois j’ai pris un repas complet, sur un Paris-Nice, arrivé à Nice, j’étais ruiné. Heureusement à Nice, il y a le soleil, donc on a besoin de rien, il fait comment, Estrosi ?, un slip de bain, une bombe de laque fixante, du dentifrice Email Diamant, et il tient 72h dehors. 

Bref, le maitre-mot de cette journée de transport est la distanciation sociale, le mieux étant d’être riche, d’avoir un Hummer, avec pare-buffles et gros klaxon qui fait « Anne Hidalgo, Anne Hidalgo, moi jamais je ferai de vélo », et dans ce cas, même à l’intérieur du Hummer, vous êtes à 4 mètres des autres passagers, Roland-Garros à huis-clos va se faire dans un Hummer. Dans le métro, on s’éloigne, dans le TGV, une place sur 2 est condamnée, et là, hier, un journaliste dit à Djebbari « hé, JB, mon gros loulou », il a 38 ans, donc on peut être familier, ils ont aussi joué à chat dans le studio, il lui dit « et les avions, alors, la distance sociale, tout ça ?, hop, touché, c’est toi le chat ». Oui, parce que l’auditeur d’Inter, cet être qui rêve d’un monde plus humain où Nicolas Hulot se marierait à l’Élysée avec Christiane Taubira, et ils regarderaient attendris Vincent Lindon jouer dans l’herbe, l’auditeur se dit « Air France aussi doit espacer les gens, chaque 31 décembre à minuit, on se souhaite une bonne santé, pas d’être entassés un jour en pleine épidémie dans la classe éco avec d’autres pauvres qui crachent des glaires ». Ou alors c’est qu’on est Bernard Arnault et comme les zoos sont fermés, on sort de la business pour découvrir d’autres modes de vie.

Et à cette question, Jean-Baptiste Djebbari répond « non, pas de distance sociale dans les avions », donc 2 possibilités : 1- le Covid-19 prend uniquement le train, juste avant il va au point Relay acheter Santé Magazine pour voir s’il est en couverture 2- il faut rentabiliser chaque vol au mépris du risque sanitaire juste pour faire du blé. Parce que le secteur est en difficulté, il faut faire rentrer les pépètes, je ne suis pas innocent, je sais que Nabilla ne va pas se rendre à Dubaï en mule, d’abord parce que ça ferait un début de troupeau, donc les compagnies aériennes doivent perdurer. Mais on aurait pu avoir ce petit délai de décence, qui fait que jusqu’au 30 mai on dise « allez on s’en fout, on perd encore de l’argent mais les pige… euh les voyageurs sont plus importants, 50% d’occupation max sur chaque vol ». Ou jusqu’au 15 mai, ou, allez on les connait, Air France et autres, jusqu’au 11 mai à 14h. Un geste, quoi, juste pour dire « l’humain d’abord », mais non, ils ne l’ont pas fait. Djebbari, mais il y a de quoi pleurer.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.