Tanguy, vous aimez les Antilles.

Oui, je les adore, d'autant plus que j'y n'y suis jamais allé, donc on adore toujours ce qu'on ne connait pas, jusqu'à ce qu'on le connaisse, regardez la sodomie. 

Moi, les Antilles, ça m'a toujours fait rêver, quand j'étais gosse, je regardais les clips de Philippe Lavil en me disant "c'est comme le clip de Thriller de Jackson, il y a des zombies", en fait il s'agissait de mecs en arrière-plan défoncés au planteur qui zigzaguaient sur la plage. 

Puis j'ai vu les documentaires d'Antoine, cet homme qui à cause de ses poils ressemble à un Furby, si bien que les gosses viennent le caresser, et qu'il doit les repousser en criant des trucs effrayants comme "c'est un déguisement, en fait, je suis Martine Aubry". 

Philippe Lavil, Antoine, je me disais "ils me ressemblent, les antillais", puis j'ai réalisé que là-bas il y avait aussi des noirs, donc je me suis dit "c'est exactement comme en Ile de France, ça vaut pas le coup de claquer du blé dans un vol de 9h en Easyjet à côté d'une mémé qui sent la boule anti-mite", et je suis resté chez moi. 

Bref, je n'irai jamais aux Antilles, parce que je déteste prendre l'avion, j'ai peur, je me dis qu'on va se crasher, qu'il va y avoir un attentat, dès que je vois monter un arabe… je suis rassuré, parce que je sais qu'il s'est fait contrôler 2 fois plus à l'aéroport, il a été plus scanné qu'une boite de petits pois par une caissière parkinsonienne, mais quand je traverse la business pour aller me mettre au fond avec les gueux et que je vois une blanche l'air déprimé en train de pleurer, je me dis "c'est elle qui a la bombe, les mecs l'ont à peine fouillée, ils se sont pas méfiés, ça se voit qu'elle est au bout du rouleau", et là je la reconnais, et je lui dis "oh bonjour, Mme Huppert, vous allez aux Antilles ?".

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.