En Nouvelle-Zélande, des études scientifiques sont faites sur les moutons et leur capacité de pollution. Tanguy Pastureau décrypte l'étude.

Le changement climatique est une réalité. Ca fait 10 jours qu'on a tous un climat sub-tropical, aussi chaud et humide que la barbe du rappeur Médine quand il voit la pub qu'on lui fait depuis 3 jours. 

A Nantes, depuis début juin, on a battu tous les records de précipitations. Jean-Marc Ayrault qui là-bas ne bouge pas parce qu'il dort, a des champignons qui lui ont poussé tout partout. Conséquence, on a des moustique-tigres énormes, qui nous pompent 4 litres de sang par piqûre. Quand vous en écrasez un sur un mur, ça fait la même flaque d'hémoglobine que si mamie Ghislaine se faisait péter le caisson parce que Frédéric François dans un concert ne l'a pas calculée alors qu'elle avait retiré son soutif en hurlant : "Ils sont pour toi, ces beaux bébés, Fredo". 

Et dans les jardins, il y a même des vers géants, qui trucident nos vers de terre classiques. C'est le grand remplacement chez les lombrics. Ces vers géants capables de tuer des proies 50 fois plus lourdes qu'eux. C'est comme si Passetemps de Fort Boyard voyait Teddy Riner, Gérard Larcher et Frank Black des Pixies et leur disait : "Ça va, les filles, ça vous dirait que je vous latte ?", avant de les éclater avec un seul doigt. Bref, tout est bouleversé, il fait moite, on vit entouré de monstres, qui s'ajoutent à ceux qu'on a fait soi-même et qu'on désigne communément sous le nom d'enfants. Il faut donc cesser cette horreur.

Or, qu'est-ce qui provoque le réchauffement ? La voiture, l'industrie, l'avion, mais aussi les animaux, car ils rôtent et flatulent, ces dégueulasses, et ça relache dans l'atmosphère du méthane, gaz à effet de serre. Et notamment les moutons, ces bêtes pleines de laine qu'on pourrait porter sur soi l'hiver pour avoir chaud mais qui sont trop lourdes, c'est pour ça qu'on est obligé de les tondre. 

Donc en Nouvelle-Zélande, pays composé à 99% de moutons, là-bas les migrants qui veulent s'intégrer bêlent avant d'apprendre l'anglais. Des chercheurs ont bossé sur le problème. Ils ont pris 200 moutons, qu'ils ont divisé en 2 groupes, ceux qui avaient des flatulences et rotaient.

Il y a un stagiaire de 3ème qui a été obligé de renifler chaque mouton un par un, et ceux, plus précieux, qui se retenaient, l'équivalent chez nous des Bac + 5 en lettres, qui ont lu 80 fois l'Education Sentimentale et savent que si Mme Arnoux, dans le bouquin, avait flatulé, le jeune Frédéric Moreau aurait moins cherché à la pêcho, comme dirait Michael Youn quand il essaie de nous faire croire qu'il n'est pas vieux. Ensuite, ils ont fait se reproduire entre eux les moutons émettant le moins de méthane. Pour les exciter, ils leur ont projeté des photos d'Elie Chouraqui parlant avec Nelson Monfort, et les moutons, pensant qu'il s'agissait de deux des leurs en train de s'accoupler, ont fait l'amour.

...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.