Tanguy Pastureau déteste l'injustice, et pour lui, le fait que les restos, les bars, les salles de sport, rouvrent, et pas les boîtes de nuit, c’est une injustice.

Lundi, je me suis mis sur la Chaîne Parlementaire, sur la TNT c’est le canal 13, pour la distinguer du canal 12, la 13 c’est celle où les gens sont habillés et ne sont pas autour d’une piscine. Dommage parce que du coup, Richard Ferrand, on l’a toujours vu en costume, alors que si ça se trouve il a un corps magnifique, notamment son avant-bras droit qui, hmm, doit être hyper-musclé parce qu’il n’arrête pas de taper avec son marteau. S’il perd son job, demain il devient directement n°1 dans le domaine de la carrosserie. Et donc lundi sur la 13, étaient retransmis les débats à l’Assemblée Nationale, avec les députés, qui sont des précurseurs parce que ce sont les 1ers à avoir laissé 5 places vides entre chaque député. La plupart ne viennent pas, il y a moins de gens là-dedans qu’à un congrès sur la démocratie directe en Corée du Nord. 

Et là, le député de la Manche Philippe Gosselin, qui est chez Les Républicains, c’est le dernier, parfois il s’auto-réunit pour faire le point, est intervenu et a parlé des discothèques. Parce que tout le monde a une date de réouverture, sauf les discothèques, qui sont fermées depuis 430 jours, 430 jours que les DJ mixent dans leur salon, en criant « allez on lève haut les mains, on remue du boule, c’est le ¼ d’heure twerk, han, so sexy babe » devant leurs enfants de 7 et 9 ans qui disent « ah non papa, ras-le-bol de cette vie de chaudasse, nous il nous reste 3 mois pour intégrer l’ENA avant que Macron la ferme, on ne veut pas reproduire ton parcours pro ». Les DJ sont à bout, une soirée mousse, ils sont obligés de vider tout le shampoing Dop dans le bain en faisant des clapotis sur une demi-heure. 

Alors vous me connaissez, vous savez que je suis moins fun qu’un furoncle, les boîtes, à titre personnel, ça me gonfle. En plus il n’y a pas d’enjeu, parce que je suis blanc, donc à chaque fois je rentre, je n’ai pas cette délicieuse angoisse du noir à qui on va dire qu’il reste dehors parce qu’il a des baskets, parfois à 20 kms, chez lui, dans un tiroir à chaussures, et même si un jour il a regardé une pub pour Nike, c’est suffisant pour le refouler. Moi pour vivre la même chose, il a fallu que je me présente à l’entrée d’une boîte zouk enroulé dans un drapeau sudiste, et même là le vigile m’a laissé entrer, il a cru que j’étais le début d’une partie de morpion. Je laisse à l’auditeur inculte, qui s’appelle Jean-René Sanchez, nous vient de RMC, le soin de taper drapeau sudiste sur Google images pour comprendre la blague, voilà. Tout ça pour vous dire que je hais les boites de nuit, ces lieux moites qui puent la misère sexuelle et le mauvais whisky, dans lesquels résonne la dance la plus infâme, et où même pour dire à une fille les phrases les plus indigentes comme j’aime bien ta tenue, alors qu’elle est venue en legin, on est obligé de hurler, parce que la boite passe du Justin Bieber, et là on réalise que nait en nous une haine de l’occident, et on part à Raqqa, en Syrie, en hurlant « bande de mécréants, 22 euros la vodka-pomme, z’allez payer ». Donc je déteste les boîtes de nuit mais il y a une chose que je déteste encore plus, c’est l’injustice. 

Quatre ans de France Inter, ça m’a transformé, avant je roulais pour moi, je faisais du fric, je disais des trucs comme « ce week-end, je me ferais bien un Relais et Château dans le Vercors, j’ai envie de me faire servir le petit dej par un aristo fauché qui fait ça pour réparer la toiture de l’aile sud de sa propriété ». Bah maintenant, je dis toujours ça, sauf qu’en plus je déteste l’injustice. 

Or, oui, selon moi, le fait que les restos, les bars, les salles de sport, rouvrent, et pas les boîtes, c’est une injustice.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

  • Légende du visuel principal: Tanguy Pastureau © Radio France /
L'équipe
Thèmes associés